Créations en toute liberté

Créations en toute liberté

Une toile de Stéphanie Bérubé empreinte de réalisme.

Plus de 50 artistes professionnels, amateurs et enfants vont présenter des toiles dans le cadre de l’exposition Haut en couleur qui se tiendra les 5 et 6 mai à la salle Pauline Casavant, à Saint-Mathias-sur-Richelieu.

L’artiste peintre et enseignante derrière cet événement printanier se nomme Stéphanie Bérubé. « J’ai commencé à enseigner en septembre 2005 et au printemps 2006, mes élèves, quelques artistes et moi-même avons organisé l’exposition qui d’année en année grossissait. »

À l’âge de 11 ans, elle a commencé à s’initier à la peinture, notamment avec l’aide de l’aquarelliste renommée Micheline Caillé. Déjà à 15 ans, elle expose ses créations lors de la première mouture d’Artistes sur le champ de Chambly.

L’extrême majorité des exposants sont des élèves de l’artiste, âgée aujourd’hui de 37 ans. La Chamblyenne Micheline Caillé qui lui a transmis « le savoir et la passion il y a 25 ans » y sera tout comme Jocelyne Jodoin de Saint-Césaire et Jasmin Houle de Marieville. D’autres artistes de la région seront de l’exposition.

« J’ai toujours aimé le figuratif. Longtemps j’ai eu comme défi de faire tellement réaliste que le monde ne voit pas la différence entre la photo et la peinture. » – Stéphanie Bérubé

Le réalisme en liberté

L’exposition Haut en couleur n’a pas de thème particulier si ce n’est le mot « liberté ». Et l’artiste de préciser : « je n’ai jamais imposé de thématique, car je tiens à ce que chaque artiste soit libre de peindre le sujet et le style de son choix; je crois qu’une thématique pourrait rendre certaines personnes insécures. Donc, ironiquement, le mot “liberté” nous représente bien, car c’est ce qui nous relie et nous dissocie à la fois. C’est également le sentiment, observe l’artiste, qui doit être ressenti lorsqu’on peint ».

Stéphanie Bérubé affectionne beaucoup les couleurs et confie que s’il y a un élément qui ressort de ses toiles, c’est « simplicité ». À laquelle, peut-on ajouter « réalisme » puisé à même « la nature, les cours d’eau, les animaux et surtout les insectes. « J’ai toujours aimé le figuratif. Longtemps j’ai eu comme défi de faire tellement réaliste que le monde ne voit pas la différence entre la photo et la peinture. » Elle confie aussi ne pas avoir « vraiment de refoulement d’émotions ».

Une touche à tout

Un survol de ses expériences montre à quel point Stéphanie Bérubé a touché à plusieurs domaines autant pour gagner sa vie que pour enrichir ses connaissances. En matière d’art, elle touche à différents médiums, l’aérographie, la peinture murale, et la décoration, entre autres. Commence alors une carrière sous le thème de la réussite. À 24 ans, elle est muraliste pour plusieurs décorateurs commerciaux et événementiels. « En 2007, je réalise enfin mon rêve, en participant à la production des décors du film La Momie 3 : la tombe de l’empereur Dragon, un méga production américaine. »

Elle relate qu’en 2012, un défi lui a été lancé, celui de réaliser Anamorphose, une œuvre 3D présentée devant public, lors de l’événement Dose-culture à Saint-Hubert. « Un procédé technique complexe, que j’avais en tête depuis longtemps, souffle l’artiste. J’ai relevé ce défi avec brio, au point, où j’en ai fait ma spécialité. »

Cette 12exposition Haut en couleur aura lieu le samedi 5 mai, de 13 h à 17 h, et le dimanche 6 mai de 11 h à 15 h. La salle Pauline Casavant est située au 99, rue Lussier, à Saint-Mathias-sur-Richelieu