COVID : Trop tard pour éviter une troisième vague ?

Photo de Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Par Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
COVID : Trop tard pour éviter une troisième vague ?
Les docteurs Mélissa Ranger et Eric Sabbah ont témoigné quant à leur idée de la troisième vague. (Photo : médias sociaux)

Alors que l’on constatait une baisse d’hospitalisations et espérait éviter une troisième vague il y a encore une semaine, la recrudescence de cas des derniers jours, associée au déconfinement de plusieurs secteurs d’activité en zones rouge et orange, nous montre plutôt la voie vers une résignation.

Dans le dernier bilan de la santé publique, on rapporte 917 nouveaux cas, pour un total de 308 311 personnes infectées au Québec, et 338 cas de variants détectés par criblage en Montérégie.

Les médecins optimistes

« Je nourris l’espoir d’éviter la troisième vague », nous confiait textuellement la Carignanoise Mélissa Ranger, urgentologue spécialiste à l’Hôpital Charles-Le Moyne. « À l’urgence, tout est sous contrôle et nous n’avons eu qu’une seule hospitalisation COVID en plusieurs quarts de travail », avait-elle rapporté il y a une semaine. C’est aussi ce qu’espérait l’ensemble de la province, incluant le premier ministre du Québec, affirmant en conférence de presse que « Le Québec résiste aux variants, résiste à la troisième vague ». Force est de constater, quelques jours plus tard, que l’évolution de la situation sanitaire est rapide et difficile à prévoir.

Pour Eric Sabbah, président du Centre de recherche et dépistage cardiovasculaire Rive-Sud, et cardiologue à l’Hôpital Pierre-Boucher, il faut « cesser de se soucier des variants et d’augmenter note anxiété », et « (laisser) la santé publique (les) gérer. Notre unique préoccupation est la vaccination ».

14,4 %

C’est le pourcentage de la population québécoise vaccinée contre la COVID-19

La vaccination

Ce sont plus de 14.4 % des Québécois qui ont été vaccinés jusqu’à présent. Le ministère de la Santé nous apprenait que 58 500 doses du vaccin Moderna seraient reçues la semaine passée et que 271 440 du vaccin de Pfizer seraient en transit dans le réseau. Aucune dose du vaccin Covishield, développé par AstraZeneca, n’allait être ajoutée à ce total hebdomadaire, puisque les craintes quant à ce dernier ne se dissipent que lentement au sein de la population. Notons que selon un communiqué publié par Santé Canada, les personnes ayant reçu une dose du vaccin AstraZeneca devront rester à l’affût de signes et de symptômes d’effets secondaires, étant donné que des cas rares de thrombose ont été observés en Europe au cours des dernières semaines. Les professionnels de la santé devront également aviser les personnes vaccinées des risques encourus et des symptômes possibles à surveiller : « essoufflement, douleur à la poitrine, enflure des jambes et douleur abdominale persistante à la suite de la vaccination ».

Le Québec déchante

Le Québec s’en tirait relativement bien comparativement à d’autres provinces canadiennes en plus mauvaises posture, dont la Colombie-Britannique, l’Alberta et l’Ontario, qui avaient signalé avoir amorcé une troisième vague, alors que M. Legault se félicitait d’un Québec qui y résitsait.

Aujourd’hui, bien qu’il annonce « le début d’une troisième vague » devant cette avancée des variants, et en dépit du cri d’alarme lancé par l’Institut national de santé publique (INSPQ), M. Legault n’entend pas, pour l’instant, resserrer les mesures sanitaires.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires