COVID-19 : lancement d’un plan de déconfinement au Québec

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
COVID-19 : lancement d’un plan de déconfinement au Québec
François Legault, premier ministre du Québec. (Photo : capture d'écran)

À Québec, le premier ministre du Québec François Legault a fait le point sur la réponse de la province à la pandémie de COVID-19. Accompagné du ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Christian Dubé, et du directeur national de la santé publique par intérim de la province, le Dr Luc Boileau, il a annoncé un plan de déconfinement qui s’achèvera le 14 mars.

« Il faut constater qu’il y a de plus en plus de Québécois pensant qu’il y a trop de contraintes », a commencé à dire François Legault dans l’annonce qu’il a faite aujourd’hui d’une levée progressive, jusqu’au 14 mars, des principales restrictions sanitaires.
Il a rappelé que les mesures sanitaires étaient nécessaires pour soutenir un réseau de santé québécois « fragile ».

Plan de déconfinement
« Cela fait depuis longtemps qu’on aimerait avoir un plan du déconfinement, mais jusqu’à la semaine dernière, il y avait trop d’incertitude. » La baisse des hospitalisation, même légère, aurait incité le gouvernement d’aller de l’avant.

Samedi 12 février : il n’y aura plus de limite légale pour les rassemblements privés. La recommandation de la santé publique demande cependant de s’en tenir à 10 personnes dans les maisons provenant de trois adresses, ou trois bulles différentes. « C’est un gros changement. Il va falloir apprendre à vivre avec le virus. » À partir du 12 février, tous les visiteurs en RPA ou en CHSLD seront acceptés s’ils possèdent un passeport vaccinal à deux doses.

Lundi le 14 février : les sports pour les adultes seront autorisés, les salles d’entraînement et SPA pourront rouvrir à 50 %, les équipes sportives pourront faire des matchs et les spectacles extérieurs pourront accueillir jusqu’à 5000 personnes.

Lundi 21 février : les commerces seront ouverts à 100 % de leur capacité, les salles de spectacles continueront à accueillir 50 % des spectateurs, mais sans limite de 500 personnes, les lieux de culte continueront à accueillir 50 % de leurs fidèles avec un maximum de 500 personnes.

Lundi 28 février : les compétitions sportives pourront reprendre, le télétravail ne sera plus obligatoire mais continuera à être fortement recommandé par la santé publique, les salles de spectacles et les lieux de culte pourront ouvrir à pleine capacité à l’exception des centres Bell et Vidéotron, les bars et les casinos pourront ouvrir à 50 % de leur capacité, mais sans danse ni karaoké.

Lundi 14 mars : les activités de danse et de karaoké seront autorisées et la capacité des centres Bell et Vidéotron sera de 100 %. Une grande partie des mesures de restriction reliées à la COVID-19 sera levée le 14 mars.

Après le 14 mars
Après le 14 mars, le port du masque ainsi que l’utilisation du passeport vaccinal seront évalués. « Nous recommandons toujours le port du masque. Nous souhaitons que cela reste ainsi au moins jusqu’au 14 mars. Il en va de même pour le passeport vaccinal », d’indiquer le Dr Boileau.

Pour le premier ministre, la date du 14 mars semble être bien arrêtée même s’il a indiqué qu’« on pourrait devancer certaines dates, en reculer d’autres, mais le scénario pour le moment c’est le 14 mars. »
Cependant, la situation d’urgence sanitaire instaurée dans la province depuis le début de la pandémie, restera en vigueur au moins jusqu’au 14 mars. « Il va rester des raisons d’utiliser l’urgence sanitaire, mais nous tenterons de les encadrer dans un projet de loi afin de lever cette urgence en mars », d’ajouter M. Legault.

« Il va falloir apprendre à vivre avec le virus, car ce n’est pas impossible qu’il y ait une 6e vague. (…) Si cela arrivait, notre approche changera grâce à la vaccination. Il y aura moins de mesures de confinement », de conclure le premier ministre.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires