COVID-19 : en avril ne te découvre pas de ton masque

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
COVID-19 : en avril ne te découvre pas de ton masque
Dr Luc Boileau, directeur de la santé publique du Québec. (Photo : capture d'écran - CPAC)

À Québec, le Dr Luc Boileau, directeur national de santé publique par intérim de la province, a fait le point sur la réponse de la province face à l’actuelle pandémie de COVID-19. Il était accompagné de Jean Longtin, médecin microbiologiste, expert clinique en appui à la gestion scientifique de la pandémie du ministère de la Santé et des Services sociaux.

« On est en pleine sixième vague. » Il n’y a plus d’ambiguïté pour le Dr Boileau. La santé publique constate depuis quelques temps une hausse un peu partout au Québec des cas et des hospitalisations en raison de la COVID-19. « La situation est encore sous contrôle, même s’il y a beaucoup d’absence dans les hôpitaux. »

Les projections de l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) prévoit même des hausses de cas et des hospitalisations dans les prochaines semaines. « Il faut rester vigilant. La pandémie est toujours là », martèle depuis plusieurs semaines le Dr Boileau.
Pour ces raisons, la santé publique a donné l’avis au gouvernement de repousser la date du 15 avril pour autoriser la fin du port du masque obligatoire. « Hier, nous avons recommandé au gouvernement de maintenir le port du masque dans les lieux publics et les transports en commun, tout le mois d’avril. On préférait avoir une approche plus prudente. »

Aucune date précise n’a été avancée pour remplacer celle du 15 avril, mais les mesures sanitaires en cas de contagion ont été rappelées. « Il est possible d’être contagieux pendant 10 jours. Il faut s’isoler rapidement pendant 5 jours si l’on a les symptômes. Dans les 5 jours qui suivent, si on ne fait pas de fièvre et que l’on n’a pas de symptôme, on peut reprendre certaines activités en évitant les bars, restaurants ou les activités avec du monde pendant ces 10 jours. »

Quatrième dose
Le Dr Boileau a rappelé que trois quart des personnes hospitalisées à cause du virus ont plus de 60 ans. « C’est la population à risque. Il faut aller chercher la troisième dose si la personne ne l’a pas encore. Les personnes de plus de 80 ans ont droit à une quatrième dose depuis plusieurs jours maintenant. Demain, on ouvre la quatrième dose aux personnes de 70 ans et plus. Dès lundi prochain, les personnes de 60 ans et plus pourront en bénéficier. Il faudra cependant qu’elles aient eu leur troisième dose un minimum de trois mois avant leur quatrième. »
La santé publique rappelle que la troisième dose reste efficace autour de 5 à 6 mois.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires