Contrôle des armes à feu

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Contrôle des armes à feu
Yves-François Blanchet a salué le travail de la libérale Pascale St-Onge, ministre des Sports. (Photo : archives)

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois et député de Beloeil – Chambly, commente le projet de Loi C-21 (PLC21) visant notamment à renforcer davantage le contrôle des armes à feu au Canada.

« Des groupes ont exprimé non pas une satisfaction, mais un progrès », reconnaît le député de Beloeil – Chambly. Parmi les nouvelles mesures du PLC21 du gouvernement de Justin Trudeau, on y retrouve la mise en œuvre d’un gel national des armes de poing. Cela empêche les gens d’apporter au Canada des armes de poing nouvellement acquises ou de les acheter, de les vendre et de les transférer dans le pays. Yves-François Blanchet considère que cela ne fonctionnera pas pour plusieurs raisons. « Le gouvernement admet qu’un million d’armes de poing au pays, c’est déjà beaucoup trop. Or, il ne fait absolument rien pour réduire le nombre. » Il souhaiterait un programme, même volontaire, de rachat des armes pour en réduire le nombre en circulation actuelle.

« Tout ça est correct dans l’intention. C’est dans l’efficacité que l’on peut avoir des craintes. » – Yves-François Blanchet

Des sanctions pénales plus sévères, des outils supplémentaires permettant aux forces de l’ordre d’enquêter sur les crimes commis avec des armes à feu et des mesures de sécurité renforcées aux frontières sont aussi inscrits au projet. Tout cela dans le but de lutter contre la contrebande et le trafic d’armes à feu. « Les armes à feu qui circulent sur le territoire sont souvent de contrebande. À part augmenter les peines pour ceux qui se font attraper, ça ne change pas grand-chose », établit le chef bloquiste. Celui-ci rappelle qu’il avait proposé par le passé la formation d’une escouade composée à la fois de policiers autochtones d’Akwesasne, de la Sûreté du Québec, de la police de l’Ontario et de la police de New York pour patrouiller sur le fleuve Saint-Laurent et réduire la prévalence de ladite contrebande. M. Blanchet redoute même que l’interdiction de vendre de nouvelles armes à feu crée un « appel plus important d’armes de contrebande ».

Yves-François Blanchet termine avec une synthèse du PLC21. « Tout ça est correct dans l’intention. C’est dans l’efficacité que l’on peut avoir des craintes. »

Partager cet article