Contre les violences faites aux femmes

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Contre les violences faites aux femmes
Josée Daigle, directrice du centre de femmes Ainsi soit-elle. (Photo : archives)

Du 25 novembre au 6 décembre se déroule la campagne annuelle des 12 jours d’action contre les violences faites aux femmes, campagne dans laquelle s’inscrit Ainsi soit-elle centre de femmes de Chambly.

Cette campagne est l’occasion de réfléchir collectivement au phénomène des différents types de violence qui touchent les femmes et de présenter des solutions concrètes pour enrayer le fléau. En ce sens, des actions sont organisées par des groupes de femmes dans toutes les régions du Québec pour sensibiliser la population au phénomène des violences faites aux femmes. C’est le cas de Josée Daigle, directrice de Ainsi soit-elle, qui dévoilera le projet en violences sexuelles du centre de femmes. « Le projet se présente sous forme de capsules d’environ huit minutes chacune. L’une porte sur la violence en contexte conjugal et l’autre porte sur le harcèlement sexuel au travail », dépeint Mme Daigle.

« En parlant avec des femmes, on se rend compte que plusieurs femmes vivent de la violence mais ne sont pas conscientes que ça en est. » – Josée Daigle

Le projet, subventionné par le Secrétariat à la condition féminine, se nomme Violence ordinaire, violence invisible : La détecter pour la contrer. L’atelier de sensibilisation en lien avec le projet conduira dans une réflexion et un questionnement quant aux différentes formes de violence sexuelle pouvant être banalisées ou ignorées : les agressions sexuelles en contexte conjugal et le harcèlement sexuel au travail. À l’aide de capsules vidéo mettant en scène des moments de vie quotidienne, l’auditeur sera en mesure de reconnaître ces formes de violence insidieuse tout en obtenant des informations sur les actions à poser en tant que témoin, confident et/ou victime. « En parlant avec des femmes, on se rend compte que plusieurs femmes vivent de la violence mais ne sont pas conscientes que ça en est », met en lumière la directrice du centre de femmes.

Lesdites capsules seront diffusées sur les réseaux sociaux de l’organisme. La campagne se termine le 6 décembre, journée commémorant les 14 femmes assassinées lors de l’attentat antiféministe survenu à l’École polytechnique en 1989.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires