Clinique de Marieville: Six médecins de famille activement recherchés

Clinique de Marieville: Six médecins de famille activement recherchés

SANTÉ. Un peu plus de quatre mois après son ouverture, la Clinique Pro-Santé de Marieville est en mode séduction, cherchant à recruter six médecins de famille et d’autres docteurs pour la clinique sans rendez-vous afin de répondre aux besoins de près de l

La clinique compte actuellement un seul médecin à temps plein qui prend en charge des patients, le Dr Milad Beglari, et une directrice générale, Audrey Robillard. Plusieurs médecins travaillent aussi à temps partiel à la clinique sans rendez-vous.

Trois d’entre eux ont commencé à travailler depuis le mois d’août à la clinique sans rendez-vous. «Notre objectif est qu’éventuellement, ils fassent de la prise en charge. Nous voyons leur intérêt, car ils nous donnent des disponibilités pour les prochains mois et deux d’entre eux parlent déjà de prise en charge. Nous croyons que d’ici la fin de l’année 2015, ils pourraient s’établir à Marieville», explique Audrey Robillard, la directrice générale.

À ce jour, le Dr Beglari a pris en charge environ 30 patients. Il estime qu’il pourra devenir le médecin de famille d’encore 300 patients, bien que le coordonnateur de la clinique continue de suivre ses patients de Napierville. Pour ce qui est des nouveaux médecins, ils auront de la place pour environ 800 patients.

Le Dr Beglari espère par ailleurs que tous les patients du Dr Lavoie, le seul médecin qui pratique à l’ancienne clinique de Marieville pourront être pris en charge lorsqu’il prendra sa retraite en décembre.  «Nous invitons la population à nous aider à trouver des médecins», lance-t-il.

Un chirurgien a aussi commencé à pratiquer à la clinique et l’équipe espère qu’il voudra rester. Toutefois, celui-ci n’a pas beaucoup de patients et la clinique cherche donc à lui en référer. «Parfois, il se présente juste pour deux ou trois patients parce qu’il aime la clinique», soutient la directrice.

La présence de ce chirurgien est bénéfique pour la clinique. «Ça nous permet d’avoir de la visibilité et nous espérons que ça va attirer d’autres médecins», soutient Audrey Robillard.

Toujours dans le but de favoriser le recrutement de médecins de famille, la Clinique Pro-Santé désire aussi engager un psychologue et une nutritionniste.

Deux étudiants qui deviendront médecins cette année ont déjà montré leur intérêt à pratiquer à Marieville. Ceux-ci sont venus visiter la clinique à la suite d’une journée carrière qui s’est déroulée à Saint-Jean-sur-Richelieu au début de l’été. L’équipe de la Clinique Pro-Santé participera à une autre journée carrière en octobre au Palais des congrès de Montréal.

Une fois qu’elle aura atteint sa capacité maximale, la clinique pourra prendre en charge jusqu’à 6 000 patients, ce qui permettra aux  quelque 5 000 citoyens de Marieville sans médecin de famille d’en avoir un.

Accès difficile au permis

Les médecins qui osent pratiquer en région ont parfois de la difficulté à obtenir leur permis, car un nombre restreint est délivré chaque année.

Selon Audrey Robillard, cela est un défi important auquel doit faire face la clinique. Pour 2015, il n’y a plus de permis disponibles pour les nouveaux médecins. «Lorsqu’un docteur est intéressé et qu’il n’a pas son permis, la clinique l’aide à l’obtenir», indique-t-elle.

Outre cet élément négatif, Mme Robillard indique que la Clinique Pro-Santé n’offre que des avantages aux médecins qui y travaillent. «Le prix du loyer est plus concurrentiel dans la région et la clinique est moderne. De plus, si un docteur fait une demande, nous lui donnons ce qu’il veut», conclut-elle.

En mars 2015, 14 000 patients sur une population de 383 000 personnes étaient inscrits aux guichets d’accès pour   la   clientèle   orpheline en Montérégie-Centre et 2 000 d’entre eux étaient considérés vulnérables.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires