Chronique lunettes : les verres amincis : pour qui, pourquoi?

Chronique lunettes : les verres amincis : pour qui, pourquoi?
Olivier Comtois, O.O.D., membre de l’Ordre des Opticiens du Québec et fondateur de monsieur Lunettes, la lunetterie communautaire de la Montérégie. (Photo : courtoisie)
Chronique d’Olivier Comtois (Membre de l’Ordre des opticiens du Québec et fondateur de monsieur Lunettes, la lunetterie communautaire de la Montérégie.)

Lorsqu’on en a besoin, on porte des lunettes pour bien voir. Les lentilles correctrices nous permettent une bonne vision grâce à leur indice de réfraction. Pour simplifier, elles nous permettent de voir en tordant l’image selon nos besoins. Il existe plusieurs types de plastique pour fabriquer des lentilles de lunettes, donc plusieurs indices de réfraction, couramment appelés verres amincis.

Voyons ensemble les avantages et les inconvénients de chacun.

Le régulier ou le 1.49

C’est le type de lentilles le plus utilisé au Québec. Il est également appelé 1.50 (1.49 en fait, arrondi à 1.50) ou CR-39 du nom de la compagnie Columbia Resign, qui a inventé ce type de plastique par erreur en 1940. Il est léger, polyvalent, économique et il est très clair. Il résiste aussi bien aux égratignures. Il est utilisé pour les prescriptions plus faibles et les montages de lunettes plus simples.

L’aminci ou le 1.60

C’est le premier niveau d’aminci pour les prescriptions plus fortes. On l’utilise beaucoup pour les types de montage de lunettes plus complexes, comme les montures avec fil de nylon, les montages percés, les grandes solaires courbées, par exemple. Il est assez économique et léger. Il est moins clair que le 1.49, mais, somme toute, très bon. Il résiste aussi très bien aux égratignures.

Le polycarbonate ou le 1.59

C’est un type d’aminci peu utilisé au Québec et surtout mal-aimé comparativement à nos voisins du sud de la frontière. Il est beaucoup utilisé pour les lunettes de sécurité, car il est pratiquement incassable, étant extrêmement flexible. D’ailleurs, les vitres pare-balles sont faites de ce type de matériau. Il est également très léger. En fait, c’est le plus léger de tous. Alors pourquoi est-il régulièrement boudé? Puisqu’il est si flexible, il est très, très sensible aux rayures. Même doté des meilleurs traitements de résistance aux égratignures, il est généralement abîmé après seulement quelques mois. Certaines chaînes américaines de lunetterie le font presque exclusivement, car les poursuites judiciaires en cas de blessures y sont monnaie courante.

Le super aminci ou le 1.67

Il est utilisé pour les fortes prescriptions qui seraient autrement trop épaisses et lourdes à porter en 1.49 ou en 1.60. Il fait souvent grimper le prix des lunettes, mais il est très utile pour ceux qui utilisent leurs lunettes en permanence et qui ne veulent pas porter de lunettes trop lourdes.

L’ultra aminci ou le 1.74

Cet indice est le type de plastique le plus mince possible. Il est trop rarement utilisé, car même si les prescriptions les plus fortes seraient gagnantes à être fabriquées dans cet indice, le prix astronomique de ce type de plastique fait généralement reculer les clients, et surtout leur portefeuille! Il est par contre très léger – parce que très mince – et il est idéal pour les fortes prescriptions à partir de + 6,00 (hypermétropes) ou de – 8,00 (myopes).

Conclusion

Outre les indices ci-dessus, la grandeur et la forme de la monture, les mesures biométriques du client et la puissance de la prescription sont tous des facteurs qui influenceront le poids et l’épaisseur des verres.

Une fois encore, votre meilleur allié pour faire un choix éclairé pour vous, c’est votre opticien de confiance!

Partager cet article