Chambly dans l’objectif

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Chambly dans l’objectif
Mathieu Pratte expose les clichés de la ville. (Photo : courtoisie - Mathieu Pratte)

Amoureux de Chambly, le Chamblyen Mathieu Pratte expose demain les clichés de la ville qu’il immortalise derrière son objectif.

Chambly lui coule dans les veines. Sillonnant la ville, il l’immortalise de son objectif et lui donne vie en partageant sa vision de celle-ci. « Après une dépression, ça a été un exutoire », confie le photographe, qui s’est mis à la photo il y a une dizaine d’années. Au fil du temps, il a peaufiné son art. Il s’est mis à faire quelques contrats en parallèle. Sur les réseaux sociaux, sa page Chambly Photos, au sein de laquelle il a déposé plusieurs milliers de photos, fait le bonheur de plus de 7 500 abonnés qui s’en régalent. « Je veux que les gens en profitent et donner une sorte de visibilité à Chambly », relate le Chamblyen, qui en est à son premier vernissage.

C’est une trentaine de photos de Chambly, imprimées sur canevas ou sur acrylique et d’autres plus abstraites, qui seront mises de l’avant : le bassin, le fort et la rivière Richelieu sont notamment à l’honneur. En ce qui concerne l’abstrait, c’est une image qu’il distorsionne, lui donnant un effet stroboscopique. « C’est une sélection de photos qui étaient souvent les plus populaires et que je n’ai jamais agrandies », explique le photographe, soucieux d’offrir un éventail des différents lieux de Chambly.

« Je réussis toujours à m’en satisfaire. Ce n’est pas un fardeau. » – Mathieu Pratte

L’événement a lieu demain à La Belle Petite Place. Il aide à soutenir le Relais pour la vie de Chambly et la Société canadienne du cancer. Une seconde exposition aura lieu à partir du 27 mai au Délires et Délices de Chambly.

Photographe

Il aime aller méditer de façon matinale sur le quai de la rue Martel. Il y puise son énergie. Profitant de la luminosité, une série de photos de pêcheurs qui lancent leurs lignes à l’eau à contre-jour sont dans ses favorites. « Les lieux que je capte vont souvent se répéter. Toutefois, la lumière varie continuellement, déposant une atmosphère différente chaque fois. J’aime figer le moment pour peut-être méditer sur la photo. Simplement prendre le temps de faire une pause sur un moment et, idéalement, que cela évoque des réflexions », décrit l’artiste oculaire.

Ses photos circulent sur différentes plateformes et ceux qui en sont témoin ne tarissent pas d’éloges, qu’ils expriment en commentaires. « Je ne me dis pas que je vais transformer le monde, mais j’aime l’interaction que ça permet. Me dire que je contribue à un bon début de journée avec mes images me plaît. Parfois, je constate que j’ai un impact que je ne soupçonnais pas. Si ça apporte du positif aux autres, je me sens accompli », évoque le gaillard.

De passion à travail

Sa passion, il a su la transmettre à ce point qu’il en fait maintenant un travail. « Je réussis toujours à m’en satisfaire. Ce n’est pas un fardeau », nuance Mathieu Pratte. À travers la photographie, il développe sa créativité, entre en contact avec l’humain et transmet l’émotion.

Partager cet article