Chambly consulte la population pour son plan d’urbanisme

Par Martine Veillette
Chambly consulte la population pour son plan d’urbanisme
Des représentants du service d’urbanisme et du greffe de la Ville de Chambly étaient présents pour répondre aux questions. (Photo : Martine Veillette)

La Ville de Chambly a présenté à la population son nouveau plan d’urbanisme, qui ressemble à celui de 2017 à quelques points près. La population a semblé contente des ajustements apportés, mais se montre tout de même inquiète quant à l’impact de nouvelles constructions sur la circulation.

Le directeur général par intérim, Jean-François Auclair, a présenté la vision, les grandes orientations ainsi que certains projets touchés par ce plan d’urbanisme lors d’une consultation publique tenue le 3 février.

Précisons que certains règlements adoptés en 2017 ont été mis à jour dans cette révision du plan d’urbanisme. Les règlements de zonage et de lotissement sont les deux qui avaient été rejetés par les citoyens et qui doivent être adoptés afin de se conformer au schéma d’aménagement de la MRC de la Vallée-du-Richelieu.

Le règlement de lotissement, qui contrôle le découpage en lots, n’a pas subi d’importante modification par rapport à la version 2017. Celui pour le zonage, qui n’avait pas reçu l’aval de la population, a été modifié. M. Auclair a présenté pour différents projets le zonage actuel, qui y est depuis 1993, ce qui était proposé en 2017 et ce qui est proposé aujourd’hui.

Des projets à l’étude

Dans le dossier de l’ancien golf, la Ville a décidé de maintenir le statu quo quant au zonage (voir autre texte) afin de se donner du temps pour réfléchir à son développement.

Le site de l’ancienne usine Bennett pourrait changer de paysage dans la prochaine année. En 2008, une modification de zonage permet la construction d’une résidence pour personnes âgées de six étages. « On travaille avec le promoteur. Il vise deux projets sur l’ensemble du terrain », a expliqué M. Auclair. Pour la résidence de personnes âgées, le promoteur souhaite construire sur huit étages. Ce projet, qui représente 240 logements, pourrait voir le jour dans un horizon d’un an, estime le directeur général par intérim. L’autre projet est résidentiel et prendrait de trois à cinq ans avant d’être réalisé. Une décontamination du sol doit être effectuée. M. Auclair ajoute que le promoteur s’engage à aménager en parc le bord de la rivière Richelieu, situé en face du site. « Rien n’est définitif. C’est une proposition. Le projet sera revu étape par étape », a-t-il précisé.

« Oui, le développement, mais pas à outrance. » – Un citoyen

Sur la rue Briand, près de l’école William-Latter, trois projets ont été proposés au cours des dernières années. Le règlement de zonage 2020 prévoit des habitations unifamiliales dont le nombre d’unités se situera entre 40 et 60. Un projet qui pourrait être réalisé d’ici deux ans.

La résidence pour personnes âgées Les Bâtisseurs souhaite ajouter une troisième phase. Les premières phases comportent quatre étages et cette dernière en compterait cinq. Elle serait située à l’endroit de bâtiment abritant Vidéotron.

L’ancien site de l’industrie Agrico passerait à un zonage commercial. M. Auclair a précisé qu’aucun projet n’est avancé et que rien ne sera donc construit avant trois à cinq ans.

Inquiétude

Les citoyens craignent une augmentation de la congestion devant l’arrivée de ces nouveaux projets résidentiels. « Oui, Chambly est attractive, mais plus personne ne voudra venir y mettre les pieds si l’on ne peut plus entrer ou sortir. Oui, le développement, mais pas à outrance », dit l’un d’eux.

Certains ont également soulevé des inquiétudes en lien avec la sécurité dans les rues. D’autres souhaitent conserver plus d’espaces verts.

Les élus et les fonctionnaires ajusteront les projets de règlements d’ici le 10 mars.

« Actuellement, on a entendu des problématiques de transport et de sécurité. On a des enjeux sur le plan du développement et sur celui des espaces verts et naturels. On entend bien. La première étape qu’on devait faire, c’est dénouer l’impasse du plan d’urbanisme. On n’a pas le choix juridiquement, et c’est insoutenable au service d’urbanisme pour accompagner dans les projets », a résumé M. Auclair à la fin de la consultation.

Prochaines étapes

Le 10 mars : adoption des règlements et envoi des documents à la MRC de la Vallée-du-Richelieu.

La MRC a 120 jours pour attester que les règlements sont conformes au schéma d’aménagement. Ce qui rend au plus tard à la mi-juillet.

À la suite de l’approbation de la MRC, les règlements seront soumis à l’approbation des citoyens avec l’ouverture des registres.

Si les règlements sont approuvés par la population dans ces délais, ils seront en vigueur en août ou en septembre.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de