Indice de vitalité économique : Chambly au premier rang de sa catégorie

Photo de Saïd Mahrady
Par Saïd Mahrady
Indice de vitalité économique : Chambly au premier rang de sa catégorie

Chambly accueille très favorablement les résultats de l’indice de vitalité économique publiés par l’Institut de la statistique du Québec, qui classe la ville première dans sa catégorie.
« Nous sommes fiers de constater que Chambly fait partie des localités les plus vitalisées économiquement », a commenté le maire Denis Lavoie dans un communiqué.
« Ça démontre une chose : Chambly est très attractive, se réjouit en entrevue le maire suppléant, Jean Roy. Avec un taux de taxation des plus bas sur la Rive-Sud, ça attire les gens. » M. Roy évoque également des développeurs de qualité et l’obtention en 2013 d’un prix en matière d’accès au transport en commun. « Ce sont tous des services que les gens ont observés avant de s’établir à Chambly », a poursuivi le maire suppléant, non sans indiquer que cet indice prouve « le travail qu’on a fait lors des dernières années et qui a été très productif et très bénéfique pour la Ville ».
Des données à même l’indice de vitalité économique démontrent en effet que si l’on met Chambly dans la même catégorie que certaines villes au Québec, notamment en matière de population (autour de 30 000 ha. selon des statistiques de 2016), elle arrive au premier rang. Son indice de vitalité est de 20,80, soit pratiquement le double de certaines villes de la même taille, dont Sainte-Julie, qui obtient 10,09.

« Ça démontre une chose : Chambly est très attractive. Avec un taux de taxation des plus bas sur la Rive-Sud, ça attire les gens. » – Jean Roy

Ces indices, réalisés pour le ministère des Affaires municipales, indiquent que la vitalité économique de Chambly se décline ainsi : un revenu total médian de 44 823 $ pour les 18 ans et plus, avec une population totalisant 29 228 habitants; le taux de travailleurs âgés entre 25 et 64 ans est de 84,7 %, alors que le taux d’accroissement annuel moyen de la population est de 24,7 pour mille.
Chambly pourrait-elle encore se développer et par le fait même être encore attractive? « On arrive vers la fin, on le sait et on l’a répété à maintes reprises : 50 % du territoire est déjà zoné agricole. Donc, on ne peut pas y toucher. On continue à développer le parc industriel. Ce qui reste, enchaîne M. Roy, ce sont quelques projets qui risquent de faire surface, mais on a atteint notre capacité. »
Rappelons que l’indice place, dans les cent premières municipalités et villes au Québec, Chambly 11 et Carignan 7.
 
 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de