Centre Saint-Joseph à Saint-Césaire: Un lieu parfait pour le film Vinland

Photo de Martine Veillette
Par Martine Veillette
Centre Saint-Joseph à Saint-Césaire: Un lieu parfait pour le film Vinland
(Photo : Martine Veillette)

Le tournage du film Vinland, mettant en vedette plusieurs acteurs masculins, est majoritairement réalisé au Centre Saint-Joseph de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X à Saint-Césaire.
Le réalisateur Benoît Pilon et la productrice Chantal Lafleur se réjouissent d’avoir trouvé ce lieu, qui n’a pas eu besoin de modifications pour qu’on y effectue le tournage du film qui se déroule en 1949 dans un collège de garçons tenu par des frères.
« C’est un ancien couvent qui a été conservé et qui était disponible, ce qui est très rare. On a cherché beaucoup et c’est le seul dans le Grand Montréal », souligne M. Pilon. « C’est important, l’intégrité des lieux. L’endroit a l’air d’une école. Il était parfait pour nous », affirme pour sa part Mme Lafleur.
Ils soulignent également avoir eu une belle ouverture et un bon soutien de la part de la Ville. Le tournage a notamment nécessité la fermeture de la route 233, à la mi-février durant trois jours, afin de recréer une scène d’hiver avec des voitures de l‘époque. Le tournage a aussi lieu un peu à Montréal ainsi qu’à Charlevoix, où l’action se déroule.
Fabien Cloutier, l’un des comédiens, qui incarne Frère Lucien, a été charmé par Saint-Césaire. « C’est un village que je découvre et qui est très beau », soutient celui qui réside actuellement à Longueuil et qui est natif de la Beauce.
Il affirme trouver impressionnant le lieu de tournage. « Il y a des frères encore ici. On en a croisé et ils étaient habillés en soutane. Il y en a pour qui c’est leur vie pour vrai », dit-il.

Projet d’envergure

Lors du passage des médias sur le plateau de tournage, une soixantaine de figurants étaient présents en plus des neuf comédiens principaux. Tous étaient vêtus d’habits d’époque. C’est un des défis de ce projet de s’assurer que tout le monde soit habillé convenablement et qu’il n’y ait pas d’anachronisme.
Le réalisateur et la productrice soutiennent que la préparation en amont est essentielle pour la réussite d’un tournage.

« C’est un ancien couvent qui a été conservé et qui était disponible, ce qui est très rare. » – Benoît Pilon

L’histoire

Benoît Pilon, en plus d’être réalisateur, est également l‘un des trois scénaristes. Il précise que l’idée originale vient de Normand Bergeron. M. Pilon compare Vinland, au film La Société des poètes disparus. Dans Vinland, Frère Jean, incarné par Sébastien Ricard, aide Émile, un élève nouvellement arrivé et à risque de décrocher joué par Arnaud Vachon. « Il y a un mentor qui change la vie d’un jeune, indique-t-il. C’est intéressant comme sujet. »
Le réalisateur ajoute que la période où se déroule l’action a été « peu traitée à l’écran ». « Les frères enseignent aux jeunes à rêver mieux. C’est une super période du Québec qu’il faut montrer. »
La productrice des Productions Avenida a adhéré à ce projet très tôt dans son développement. « C’est un projet qui me touche sur différents aspects. J’aime que ça se déroule dans une école et qu’on explore le Québec à la fin des années 40, dit-elle. C’est encore l’époque de Duplessis, à l’aube de la Révolution tranquille. C’est un pan de l’histoire important et intéressant. »
Mme Lafleur estime que le film, dont la sortie est prévue en 2020, plaira à tous. « Frère Jean tente de garder les jeunes intéressés à l’école, dont un qui est à risque de décrocher. C’est un thème qui parle et qui va résonner chez les spectateurs », relate-t-elle.

Un rôle différent

« C’est un privilège de vivre de son art. C’est un privilège de plus de pouvoir se colletailler avec des rôles différents », affirme le comédien Fabien Cloutier.
Il incarne dans ce film un homme issu du milieu rural. « À l’époque, toute famille avait un homme chez les frères et une fille chez les sœurs », s’exclame le comédien. Il soutient que son personnage est un homme bon avec les enfants, mais qui est pris avec le cadre rigide de la religion. « J’ai joué beaucoup de personnages à l’esprit libre. Là, c’est un personnage qui vit dans quelque chose de convenu et de codifié avec un être suprême qu’il doit écouter. Il fait ce qu’on lui demande et ne remet pas en question », relate-t-il.
 

Centre Saint-Joseph

Le Centre Saint-Joseph est le quartier général pour le Canada de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, une société de prêtres catholiques. Il est aussi le prieuré pour la région de Montréal. La Fraternité a acheté le couvent des Sœurs de la Présentation en mars 2011.
Une partie est également emménagée en hébergement du centre de retraite spirituelle. De plus, des messes ont encore lieu dans l’établissement.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de