Budget 2016 : Chambly limite la hausse de taxes à 1,2 %

Par Annabelle Baillargeon
Budget 2016 : Chambly limite la hausse de taxes à 1,2 %

BUDGET. Bonne nouvelle pour les contribuables de Chambly, alors que l’administration de la Ville est parvenue à limiter la hausse de la taxe foncière à 1,2 %, soit l’Indice des prix à la consommation (IPC) pour la région de Montréal.

Ainsi, le taux de taxation pour les résidences de Chambly s’élève à 0,7167 $ par 100 $ d’évaluation pour la prochaine année. L’an dernier, la Ville était parvenue à limiter la hausse de la taxe foncière à 1,9 %, ce qui représente 0,7 % de plus que cette année. Tout comme en 2015, les tarifs d’eau et pour les ordures demeurent inchangés.

Le tarif lié au recyclage a connu une indexation de 6 $ cette année, le montant se chiffrant à présent à 43 $.

Un fond de voirie avait été créé en 2012 pour améliorer l’état du réseau routier à Chambly. Pour l’année à venir, le taux sera maintenu à 4 cents du 100 $ d’évaluation.

Le compte de taxes pour une maison d’une valeur de 270 000 $ (maison de référence de 100 000 $ en 2000) sera donc de 2 365 $ en 2016.

« Les orientations prises par la Ville et notre gestion serrée nous rendent moins vulnérables aux imprévus. Notre saine gestion nous permet d’avoir plus de marche de manœuvre dans le service de la dette », se réjouit le maire, Denis Lavoie.

Ce dernier ajoute que la Ville est bien préparée à affronter différents défis, notamment les coupes liées au pacte fiscal par le gouvernement du Québec.

La trésorière Annie Nepton abonde dans le même sens : « je suis bien heureuse de notre budget. Ça nous donne de l’air pour faire face à nos défis! »

Remboursement de la dette

Cette année, Chambly ne prévoit aucun emprunt à long terme, ce qui permet d’augmenter le patrimoine collectif. Ainsi, la Ville s’autofinance par son fonds de roulement, qui représente une somme de 7 M$, soit 20 % du budget de la Ville.

« On ne veut pas vivre sur nos richesses, mais bien payer nos dettes et permettre de délaisser le paiement des intérêts. On arrive à descendre la dette, à développer et à maintenir le taux de taxes », mentionne M. Lavoie.

En 2015, la dette de la municipalité se situe à près de 28 M$. Le budget prévoit un remboursement de 5,7 M$ cette année.

Dans le contexte où la ville atteindra bientôt son plein développement immobilier, le maire juge important de s’attaquer à la dette pour dégager une marge de manœuvre pour les années à venir.

À l’unanimité

La conseillère indépendante Francine Guay a voté en faveur de ce budget. «Dans sa finalité, le budget est correct. Avec une hausse de taxes limitée à l’IPC, on ne peut pas être contre la vertu. Je crois tout de même qu’on aurait pu faire mieux », mentionne-t-elle, compte tenu de l’augmentation des revenus de taxes en raison de l’explosion démographique.

Cette dernière reproche toutefois que le fond de voirie est mis à part dans le budget. Selon elle, le taux de 4¢ qui est demandé par tranche de 100 $ d’évaluation augmente lors des changements de rôle triennal, en fonction de l’ajustement de la valeur des maisons.

Pour sa part, la conseillère indépendante Paula Rodrigues est satisfaite de l’exercice. « À ce que je vois, nous avons encore une gestion très saine et une bonne gestion de la dette pour les années à venir, ces dettes ayant été contractées bien avant M. Lavoie », présente la conseillère.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires