Théâtre jeunesse : bouger et faire rire aussi!

Photo de Saïd Mahrady
Par Saïd Mahrady
Théâtre jeunesse : bouger et faire rire aussi!

La Ville de Carignan invite, le 7 avril, les enfants à faire la connaissance de Carlito et Éléonore. Le premier est hypnotisé par un jeu sur un minuscule écran; l’autre a choisi de s’amuser à courir, à jouer au basketball, au soccer, au hockey de rue, bref, elle aime bouger!
« C’est un spectacle débordant d’énergie, de sports, d’activités physiques, lance à l’autre bout du fil Marie-Hélène D’Amours, metteure en scène du spectacle interactif Bouge! Le but est de donner envie aux enfants de bouger; le goût d’aller jouer dehors ce printemps et cet été. »
Éléonore, après avoir convaincu Carlito de lâcher son téléphone cellulaire, invite petits et grands à les accompagner dans leurs activités, qui ne manqueront pas de susciter de la curiosité. Parce que des jeux seront inventés grâce à des numéros de cirque, de théâtre physique et de prestation clownesque.

« C’est un spectacle débordant d’énergie, de sports, d’activités physiques. Le but est de donner envie aux enfants de bouger; le goût d’aller jouer dehors ce printemps et cet été. » – Marie-Hélène D’Amours

« L’idée m’était venue parce que je suis une maman, explique Mme D’Amours. Et c’est important, l’activité physique; je trouve ça dommage, tout le temps qu’on passe sur nos écrans. C’est ça qui m’a donné l’idée de monter ce spectacle. »
Bouge! a été créé en 2017 et, jusqu’à présent, le spectacle d’une durée de quarante-cinq minutes a été présenté une cinquantaine de fois à travers le Québec. L’an prochain, la troupe se déplacera en tournée en Ontario.

Faire rire avant tout

Mme D’Amours a fondé Gros orteils, il y a six ans, à Otterburn Park. Ayant pour mission la création de spectacles jeune public, l’organisme dit préconiser « l’improvisation comme départ à la naissance d’un spectacle, la vérité dans les émotions et l’interaction avec le public ». La fondatrice ajoutera que « le but, c’est de faire rire ».
Gros orteils tend aussi à puiser dans l’univers « des enfants (qui) sont des pépites de spontanéité et d’une imagination débordante. Nos spectacles font une large place à l’imaginaire, au voyage et au rêve. Sans quatrième mur, les artistes embarquent les enfants dans leurs histoires, leurs émotions, leurs réflexions ».
La metteure en scène est bachelière en théâtre à l’UQAM. Elle a fait l’École de cirque de Québec et était artiste de cirque en Europe pendant une dizaine d’années. Aude Lavergne, qui campe le personnage d’Éléonore, est une jeune artiste ayant une formation à l’École nationale du cirque. Carlos Verdin, originaire du Mexique, « a beaucoup appris à jongler d’abord dans les spectacles de rue. Lui aussi a suivi une formation à l’École nationale du cirque. C’est un formateur en jonglerie ».
Mme D’Amours a réussi à mettre en scène ce spectacle alors que les deux artistes ne se connaissaient pas avant. « C’est un duo qui fonctionne bien; les deux ont une belle chimie pour des personnes qui ne se connaissaient pas avant. L‘autre défi, c’est par rapport au sujet. On ne voulait pas que ça devienne moralisateur; ça devait rester quand même ludique et agréable pour les enfants. »
Le spectacle sera présenté le dimanche 7 avril à 15 heures, au Centre multifonctionnel. L’événement s’adresse à un auditoire d’enfants de 3 ans et plus. Pour y assister, l’inscription est obligatoire sur le Portail citoyen (accessible en ligne sur la page « accueil » du site Web municipal) pour les enfants de 3 à 12 ans seulement. Les parents qui accompagnent leurs enfants sont admis gratuitement et sans inscription. La présentation est gratuite pour les résidants et un montant de 5 $ est exigé pour les non-résidants.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de