Bouger au profit du cancer du sein avec la Virée rose

Par Martine Veillette
Bouger au profit du cancer du sein avec la Virée rose
Annie Mercier s’adonne au canicross avec son chien pour bouger. (Photo : courtoisie)

Pour la deuxième année, la Fondation du cancer du sein invite les gens à bouger tout en amassant des fonds durant cinq mois avec son événement La Virée rose. Cette année, une Chamblyenne lui a emboîté le pas.

Annie Mercier a découvert par hasard cet événement et a aimé sa formule. Elle participait auparavant aux Pattes de l’espoir de la Société canadienne du cancer, qui a cessé. « C’est ma façon de contribuer à la recherche. Je n’ai pas les moyens de donner beaucoup. Je contribue en donnant du temps et de l’énergie », soutient-elle.

« C‘est une façon de dire qu’on est tous ensemble face à la maladie. Quand je fais mon exercice, je pense à ces personnes précieuses. » – Annie Mercier

La Virée rose invite les gens à cumuler des kilomètres tout en amassant des dons. Les participants doivent se fixer un objectif de distance et un autre pour le montant. La résidante de Chambly s’est fixé comme objectif de parcourir 500 km et de récolter un minimum de 50 $. Avec son équipe de quatre personnes, les Panthères roses, le but consiste à atteindre 950 km et à amasser 300 $. Le défi se déroule du 1er mai au 29 septembre et les personnes intéressées peuvent s’inscrire en tout temps.

« Je ne suis pas quelqu’un de très sportive. L’objectif est vraiment motivant et le fait d’espérer le dépasser l’est tout autant. Je fais de la marche, de la course, du canicross, du paddleboard et je vais au gym », précise celle qui a commencé en juillet.

Cancer du sein

La Chamblyenne n’a pas été touchée directement par le cancer du sein. Cependant, des cousines, qui ont adhéré à son équipe, ont reçu un tel diagnostic. « C‘est une façon de dire qu’on est tous ensemble face à la maladie. Quand je fais mon exercice, je pense à ces personnes précieuses », indique-t-elle.

La dame ajoute que « de le faire en équipe, c’est entraînant. On est redevable aux autres membres ».

Saines habitudes

Mme Mercier apprécie de pouvoir réaliser son exploit sur plusieurs jours plutôt que lors d’un événement d’une journée. « Tu le fais à ton rythme, selon ton horaire, c’est facilitant. C’est sur une longue période, ça permet de prendre l’habitude de bouger », dit-elle. Un des buts de l’événement est justement de « permettre aux participants d’ancrer dans leur quotidien l’activité physique ».

La participante souligne l’importance de l’exercice pour maintenir une bonne santé. « On le sait, c’est vraiment important de bouger. Ça fait partie de la prévention et de la guérison des maladies. C’est une action concrète que tout le monde peut faire et qui ne coûte rien. Il faut le faire pendant qu’on est en forme et en santé », conclut-elle.

La Virée rose

Cette campagne de financement est la plus importante pour la Fondation du cancer du sein du Québec. L’objectif est d’amasser 260 000 $. Pour le moment, 50 000 $ ont été récoltés. Les fonds amassés permettront d’aider les femmes atteintes de ce cancer. Il y a quatre objectifs de distance : 75, 250, 500 ou 1000 km.

La Virée rose, un mouvement collectif et sportif, fait aussi la promotion de saines habitudes de vie. « L’activité physique est un outil pour agir en prévention et améliorer la qualité de vie des personnes atteintes pendant et après les traitements d’un cancer du sein. De 30 à 60 minutes d’activité physique par jour diminuent les risques de développer un cancer du sein de 25 %. Chez les femmes atteintes, de 3 à 5 heures d’activité physique par semaine diminuent les risques de récidive. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de