Beaucoup de projets en suspens en raison de la refonte du plan d’urbanisme à Chambly

Par Martine Veillette
Beaucoup de projets en suspens en raison de la refonte du plan d’urbanisme à Chambly
Le règlement d’urbanisme de la Ville de Chambly sera revu en entier. (Photo : capture)

Sans règlement d’urbanisme à jour à Chambly, des millions de projets attendent une approbation. Les élus planchent sur un nouveau plan avec les fonctionnaires. Ce dernier devrait être en vigueur au cours de la prochaine année.

En 2017, plusieurs citoyens ont signé le registre s’opposant au plan d’urbanisme proposé par l’administration de Denis Lavoie. Avec ce refus, la Ville est revenue avec son plan datant de 1993. Ce dernier a été mis à jour par des amendements plusieurs fois, précise Jean-François Auclair, directeur général par intérim et directeur de la planification et du développement du territoire, soit le service de l’urbanisme.

« Nous ne sommes plus en mesure de l’amender parce qu’on vise une refonte globale. Durant cette période, on ne joue pas dedans parce qu’on est en train de le rédiger », explique-t-il.

Cela entraîne la conséquence que plusieurs projets, principalement commerciaux, estimé entre 80 et 100 millions de dollars,  sont en attente d’autorisation. De ce nombre, M. Auclair souligne qu’il y en a moins d’une dizaine qui concernent d’importants projets publics, comme des résidences pour personnes âgées. Les nouvelles constructions dont le zonage est conforme ne sont pas touchées.

De 80 à 100 millions $ en projets attendent une autorisation.

Échéancier

Les élus ont adopté, lors de la séance du conseil municipal du 1er octobre, un calendrier de l’échéancier pour la refonte du règlement d’urbanisme. Ce dernier est accessible via le site Web de la Ville.

Les élus travaillent actuellement avec les fonctionnaires à établir les orientations relatives aux zones à développer. Une rencontre d’information et de consultation avec les citoyens est prévue dans un échéancier de novembre-décembre.

S’ensuivra une série d’approbations, entre autres de la MRC de la Vallée-du-Richelieu qui devra étudier le règlement. M. Auclair précise que l’échéancier est élaboré selon les délais maximaux. « Dans le pire des scénarios, il sera effectif en septembre 2020; dans le meilleur, ce sera au début de l’été », souligne-t-il.

Avant d’être adopté, un registre sera ouvert. Les citoyens s’opposant au règlement tel que présenté pourront le signer pour montrer leur désaccord. Pour la tenue d’un référendum, 500 signatures sont requises.

L’ancien golf

Un des points qui avait fait achopper la tentative de moderniser le plan concernait les prévisions de développement sur l’ancien golf. Des citoyens aimeraient que ce dernier soit transformé en parc écologique.

« Il y a urgence, mais on veut le faire comme il faut. On ne veut pas tourner les coins ronds », a affirmé Alexandra Labbé, mairesse, lors de la séance du conseil.

M. Auclair affirme que « rien n’empêche d’adopter un plan d’urbanisme et d’adopter le développement du golf plus tard ». Différents scénarios sont à l’étude.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de