Bar ouvert pour la salade

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Bar ouvert pour la salade
De gauche à droite : Julie Chayer, animatrice de vie communautaire, Serge Gobat, directeur, et Stéphanie Tremblay, directrice adjointe, font partie des acteurs menant au projet du comptoir à salade. (Photo : Jean-Christophe Noël)

Une somme de 15 000 $ a été octroyée à l’école Paul-Germain-Ostiguy (PGO) de Saint-Césaire afin d’ajouter un comptoir à salade au menu de la cafétéria.

Le projet permettra à l’école d’être plus écoresponsable. L’objectif consiste à stimuler l’accès et l’approvisionnement d’aliments québécois qui favorisent une alimentation saine, locale et durable dans les établissements scolaires publics. Serge Gobat, directeur de l’école PGO, parle d’un plan d’action quinquennal dont s’est doté l’établissement, qui se veut en phase avec ses valeurs environnementales.

Dans les mois à venir, les élèves auront sur le menu de la cafétéria un nouveau bar à salade. L’école souhaite les sensibiliser aux bienfaits d’une saine alimentation en les impliquant dans la valorisation, la promotion et l’intégration du processus d’implantation d’un comptoir à salade à l’école. Également, l’importance de diminuer leur empreinte écologique en valorisant et en favorisant l’utilisation de ressources locales en matière de nutrition sera abordée. L’école offrira donc aux élèves et aux membres du personnel une bonification de l’offre en aliments frais et locaux, le tout en partenariat avec le service de la cafétéria. Depuis plusieurs années déjà, les aliments frits avaient été supprimés de l’offre au menu.

Un comité d’élèves sera formé afin de contribuer au suivi du volet alimentaire. Équiterre, organisation sans but lucratif, aiguillera l’école au cours du projet. C’est Le Triangle du Gourmet, concessionnaire alimentaire local de l’école, qui s’est associé avec celle-ci pour rendre possible le projet.

« C’est notre culture et on veut avoir un effet de contamination positive. » – Serge Gobat

Tourner vers le vert

L’an prochain, l’école PGO intégrera trois bacs à matières résiduelles :un pour les papiers et les cartons, un pour le recyclage (plastique, métaux, etc.) et un autre pour les déchets usuels. Des ateliers seront offerts en classe en début d’année pour sensibiliser les élèves. Une équipe d’élèves orientera les autres qui se questionneront à savoir quel réceptacle utiliser. L’école aura éventuellement du compostage, du verdissement, et plantera des arbres. Elle désire aussi voir la possibilité de faire des semis à l’intérieur de l’école, qu’elle revendra pour promouvoir des activités. Depuis quatre ans, l’école a éliminé toutes les bouteilles d’eau en plastique. Les fontaines d’eau ont été modifiées pour permettre aux élèves de remplir leurs bouteilles. « L’environnement aura un rôle primordial dans la prise de décisions de nos jeunes; leurs décisions. C’est ce que l’on veut inculquer. C’est notre culture et on veut avoir un effet de contamination positive », termine le directeur.

Des aliments québécois

Le projet du comptoir à salade découle de l’annonce faite par le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), André Lamontagne. En partenariat avec M361, un soutien financier de 326 173 $ sera alloué à 22 écoles additionnelles pour cette deuxième édition, ce qui porte le nombre total d’écoles soutenues à 56. Avec cet appel de projets, ce sont 11 372 jeunes qui pourront bénéficier de choix santé et sains, que ce soit au moyen d’un bar à salade ou d’ateliers de cuisine.

Ce partenariat s’inscrit dans le cadre de la Stratégie nationale d’achats d’aliments québécois (SNAAQ) du gouvernement du Québec. Le but établi est que l’ensemble des institutions publiques québécoises visées se dotent d’une cible d’achat d’aliments québécois d’ici l’année 2025 et que 85 % d’entre elles le fassent d’ici l’année 2023. Plus de 45 % des institutions des réseaux de l’éducation, de l’enseignement et de la santé et des services sociaux, soit 630 institutions sur les 1382 de ces réseaux, étaient dotées d’une cible d’achat d’aliments québécois au 31 mars 2022.

Accompagnée par le Lab22

Le Lab22 accompagne, depuis le début de l’année scolaire, l’école PGO. L’organisme interpelle la population, plus particulièrement les jeunes, sur divers enjeux sociaux et environnementaux dans le but de développer avec elle des réponses novatrices visant à générer des transformations positives et durables pour les collectivités.
Le Lab22 accompagne environ 20 écoles par année, réparties sur l’ensemble du territoire québécois. Avec le soutien d’une équipe pluridisciplinaire, l’organisme accompagne les écoles, les communautés éducatives et les élèves autour d’un projet commun qui vise la transformation durable et l’autonomisation de l’école.

Partager cet article