Auriez-vous aimé vivre à cette époque ?

Auriez-vous aimé vivre à cette époque ?

Extrait du livre : Le film qui se déroulait dans la voiture était beaucoup plus excitant... (page 89)

Crédit photo : leblanccahier.com

CHAMBLY. Pour le lancement de la maison d’édition Le Blanc Cahier, Suzanne Sterzi lance le livre Des Nouvelles de mamie. Cet ouvrage nous plonge dans le Chambly du début XXe siècle jusqu’à la fin des années 1950.

Un texte de Patrick Berger

À travers ce roman illustré, une mamie raconte son enfance, soulignant les réalités d’une époque passée. Elle s’adresse aux petits enfants devenus grands qui parfois ignorent d’où ils viennent. Voilà la genèse du roman, qui nous explique comment se déroulait la vie à Chambly dans l’imaginaire d’une jeune fille qui n’a jamais oublié les souvenirs de son enfance.

La famille de Mme Sterzi a habité la Maison Allard, située au 1556, avenue Bourgogne pendant 88 ans. Trois générations ont eu le bonheur de vivre dans cette demeure, qui fait partie du patrimoine culturel du Québec. Elle fut construite vers 1850, selon le site web du Gouvernement du Québec, sous la rubrique patrimoine culturel.

L’histoire se déroule également à Montréal, plus précisément dans le quartier Outremont. Les personnages principaux étant les parents de Mme Sterzi, Léo et Liane. La mère de l’écrivaine habitait Montréal, tandis que le père était de Chambly. Ce dernier habitait le 1556, Bourgogne depuis 1913, six ans après sa naissance.

« Le récit nous dévoile la dualité entre deux êtres humains qui tombent en amour en faisant le pont entre la ville et la campagne », nous dit le fils de l’auteure, Lorenzo Sterzi.

Les vestiges du passé feront rêver les lecteurs et ils pourront s’imaginer vivre à cette époque. Plusieurs commerces ont changé de vocation, certains éléments de la nature sont disparus et les mentalités se sont transformées depuis cette ère.

« C’est mon enfance, mon historique émotif. Ce qui m’intéressait, c’était d’aller chercher ce qui constituait notre vie de tous les jours. Le laitier, le boulanger qui passait avec son camion et Marius, lui, il se promenait dans les rues avec sa camionnette en sonnant sa cloche pour distribuer ses frites d’une maison à l’autre » , sougline Mme Sterzi.

Le terrain de pratique pour Wimbledon

Le père de l’auteure, Léo, invitait les joueurs de tennis, qui représentaient le Canada à Wimbledon, à venir se pratiquer dans sa cour. Pourquoi ? Il s’agissait du seul terrain sur gazon au pays. François Godbout, qui a fait une brillante carrière dans ce sport pendant plus de 20 ans, venait s’y pratiquer. Il a représenté le Canada comme membre de la coupe Davis de 1959 à 1964 et de nouveau en 1969.

L’écrivaine tenait à émerveiller ses lecteurs en parlant de la nature de l’époque, en particulier de ces arbres majestueux, les ormes. Ils étaient omniprésents dans le village de Chambly. Cet arbre peut atteindre des dimensions impressionnantes, c’est-à-dire 35 mètres de hauteur. L’arbre mature a la forme d’un très large parasol. Aujourd’hui, les grands ormes se font assez rares à cause de la maladie hollandaise de l’orme causée par un champignon microscopique transporté par un insecte, le scolyte.

Le concept

Le Blanc Cahier est une maison d’édition interactive. Dans le livre, vous trouverez des codes QR. Vous pourrez les scanner avec votre téléphone intelligent afin d’avoir accès à des compléments d’information. Vous aurez accès aux photos, cartes, vidéos ou à la musique pour vous immerger complètement dans votre livre.

Des Nouvelles de mamie est disponible chez plusieurs libraires, dont la Librairie Larico, à Chambly.