Mélanie Sicard a soulevé la Coupe Grey

Mélanie Sicard était en charge d’amener à destination la Coupe Grey lors de la finale opposant les Tiger-Cats et les Blue Bombers à Hamilton. Une livraison qui s’est faite aux commandes de son hélicoptère du 430e escadron de Valcartier.

« C’est avec fierté que nous avons assisté à l’arrivée de la Coupe Grey, portée par notre sœur Mélanie à l’occasion du 108e championnat à Hamilton, entre les Tiger-Cats et les Blue Bombers », ont indiqué au journal Dominic et Jocelyn Sicard, les deux frères de la pilote résidant à Saint-Mathias-sur-Richelieu.

En effet, l’arrivée de la Coupe Grey s’est faite de façon grandiose, par deux appareils Griffon de l’Armée canadienne, un de ceux-ci étant piloté par Mélanie. « Elle est l‘une des rares femmes à avoir porté la Coupe pour le championnat », ajoute Dominic Sicard.

Un rêve réalisé
Mélanie est originaire de Saint-Mathias et y revient régulièrement. Elle est capitaine du 430e escadron de Valcartier et pilote d’hélicoptère CH-146 Griffon. En plus d’avoir enseigné la tactique de pilotage, elle est présentement officier en charge des opérations au sein de son escadron tactique d’hélicoptères.

« Nos parents et nous-mêmes sommes très fiers de son parcours », précise Dominic.
Mélanie s’est engagée dans l’armée à l’âge de 16 ans, en 2001, à Saint-Jean-sur-Richelieu. Son rêve était alors de devenir pilote, et c’est ce qu’elle est devenue à force de persévérance. Elle a gravi les échelons et pris ses cours de pilotage dans l’armée.

« Mon père est un fanatique d’aviation et il m’a donné la piqûre. J’ai très vite voulu devenir pilote. À 16 ans, j’étais au collège Saint-Hilaire, j’avais de bonnes notes, mais j’ai pris la décision de m’engager au Collège militaire. Après quatre ans de formation et deux ans d’apprentissage en pilotage, à peine quelques mois après ma formation, j’étais envoyée en Afghanistan.

J’y suis restée neuf mois. Tout s’est très bien passé, même si mon hélicoptère s’est fait tirer dessus, ou encore que l’un de ses moteurs a pris feu… Je ne suis allée qu’en Afghanistan pour l’instant, mais pour un pilote d’hélicoptère, c’est la plus grosse mission. »

Une femme pilote
Déjà qu’une femme dans l’armée, ce n’est pas ce qui est le plus courant, une femme pilote d’hélicoptère, c’est encore plus rare. « Quand je suis allée en Afghanistan, j’ai eu la surprise d’être parmi six femmes pilotes en même temps, ce qui est assez exceptionnel. »

À Valcartier, la capitaine fait partie des 3 pilotes femmes sur les 60 pilotes que compte l’escadron.
Dès qu’elle le peut, direction Saint-Mathias pour passer un moment en famille, et c’est ce qu’elle fera pour les Fêtes.

Une coupe à destination
Même si c’est un peu grâce à elle que la Coupe Grey s’est rendue à bon port et à temps pour récompenser les vainqueurs canadiens, Mélanie a regardé le match à la télé.

« Même si cette opération, généralement, n’est pas trop compliquée, elle se prépare pour arriver à temps et au bon endroit. Ce qui a compliqué les choses, cette année, ce sont les forts vents. On a dû décoller plus tard dans la nuit de lundi à mardi avec un vent de 45 nœuds dans le visage. Il y a eu beaucoup de turbulence, de neige… Cela n’a pas été de tout repos. »
Malgré cela, «j’ai adoré cette expérience! », conclut-elle.