Action Chambly lance sa campagne

Par yessica
Action Chambly lance sa campagne
(Photo : Annabelle Baillargeon)

Action Chambly a donné le coup d’envoi de sa campagne électorale, vendredi, dont la promesse phare sera la construction d’une palestre multisports.
Ce projet, au coût d’environ 8 à 10 millions de dollars, est le pilier central du programme électoral de l’Équipe Denis Lavoie pour qui la famille est au cœur des préoccupations.
La future infrastructure comprendra un local pour accueillir le club de gymnastique Gymbly, un gymnase pour les autres activités sportives ainsi qu’une glace pour les sports d’hiver.
Les nouvelles installations seront ouvertes à toute la population et aux divers organismes chamblyens. Elles se veulent une réponse au manque d’endroits pour pratiquer des sports que vit la population durant la période scolaire alors que les gymnases scolaires sont occupés par les élèves. « On veut soulager la pression qu’il y a présentement sur les installations actuelles. On n’a pas toujours besoin d’une grande glace pour pratiquer un sport d’hiver », lance Denis Lavoie.
Le nouveau bâtiment serait érigé à côté du centre Robert-Lebel d’ici la fin du prochain mandat.
Afin de promouvoir la vie active, le maire sortant s’engage à rendre gratuit l’accès à la piscine publique pour les jeunes et les enfants à compter de l’été 2018.

Environnement

Action Chambly se présente comme le parti de l’environnement avec des promesses telles que la création d’un parc avec un sentier pédestre de 6,3 km dans le district des Grandes-Terres. La promenade serait accessible de jour comme de soir puisque le maire promet qu’elle sera éclairée. En hiver, la promenade deviendra un sentier de ski de fond. Celui-ci est déjà utilisé par les citoyens pendant la saison froide, mais l’Équipe Denis Lavoie promet de mieux l’entretenir.
La Ville attend, d’ailleurs, la décision de la Commission de protection du territoire agricole du Québec dans le dossier du remembrement de terrains entre la Ville de Chambly et Guyon le père. Celui-ci consistait à autoriser l’échange de terrains entre les deux parties afin de procéder au changement de zonage nécessaire pour la création d’un parc à cet endroit.
De plus, l’actuelle équipe au pouvoir propose un programme d’uniformisation des clôtures sur le boulevard Fréchette. Le secteur entre les boulevards Franquet et de Périgny verrait l’installation d’une haie de cèdres pour ce faire.
Toutefois, le parti du maire n’a pas prévu de standards écologiques particuliers pour la construction de la palestre. « Une certification ne veut pas dire grand-chose. Ce n’est pas parce que ce n’est pas certifié que le bâtiment en question ne fera pas de récupération de l’énergie. On ne se met pas de standards environnementaux pour éviter que les coûts du projet grimpent trop, mais c’est certain qu’on va étudier les propositions qui nous seront soumises et que l’environnement ne sera pas laissé de côté », déclare celui qui en est à sa quatrième campagne à la mairie.
Rappelons que l’équipe de Denis Lavoie est composée de Sandra Bolduc (district du Canton), Marc Bouthiller dans le district du Bassin, Serge Gélinas dans Antoine-Louis-Fréchette, Jean Roy dans celui du Ruisseau, Julia Girard Desbiens dans des Grandes-Terres et finalement, Paula Rodrigues dans celui de Charles-Michel-de-Salaberry.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
William Bonin
William Bonin
4 années

Bravo !

Marie Lise Desrosiers
Marie Lise Desrosiers
4 années

L’équipe Action Chambly se présente comme étant le partie de l’environnement, mais ne parle aucunement de la protection du milieu naturel de l’ancien golf. De plus, aucun engagement dans des standards environnementaux pour la construction de son palestre… prétextant les coûts associés à ce type de construction. Pourtant, rien n’est démontré que les coûts seraient plus élevés et surtout il est de notion publique qu’il y aura economie à moyen et long terme. Un partie politique ne doit pas juste voir le court terme pour se faire élire, mais le long terme, c’est plus avangageux pour le citoyen.