Deux conseillers à la défense des organismes

Par Martine Veillette
Deux conseillers à la défense des organismes
Les élus de Chambly souhaitent établir une politique d’aide pour les organismes. (Photo : archives)

Les conseillers Serge Gélinas et Jean Roy dénoncent une décision qui a été prise lors de la dernière séance du conseil. Ils jugent qu’elle va à l’encontre des organismes.

Les élus ont adopté une résolution stipulant que les cadets devront payer un tarif préférentiel pour utiliser des équipements du Centre nautique Gervais-Désourdy. Les deux conseillers ont voté contre la proposition. Ils ont évoqué que l’organisme avait obtenu ces services gratuitement par le passé. « Depuis deux ans, c’était une façon pour la Ville de remercier les cadets pour leur bénévolat », indique la maman d’un cadet qui s’occupe aussi du comité de soutien. Elle précise avoir reçu plusieurs messages de parents déçus de cette décision.

Les membres du conseil ont manifesté leur intention de se doter d’une politique pour les organismes. Les conseillers Gélinas et Roy ont donc évoqué qu’on devait maintenir le statu quo en attendant qu’une politique pour les organismes soit adoptée.

« On ne peut pas imposer aux organismes une politique qui n’existe pas, dénonce M. Gélinas. Les cadets aident les jeunes qui n’ont pas beaucoup de moyens. Ils sont importants dans la société et y contribuent. Offrir deux heures aux cadets, c’est un bien petit prix pour ce qu’ils offrent à la société. »

Jean Roy a précisé qu’avant, les demandes passaient par le cabinet du maire et que tous les organismes recevaient de l’aide à moins que les retombées ne demeurent pas dans la ville. « Il y avait des grandes lignes implicites selon le gros bon sens », dit-il.

« On ne peut pas imposer aux organismes une politique qui n’existe pas. » – Serge Gélinas

Mettre des balises

« Ce ne sont jamais des décisions faciles, affirme la mairesse Alexandra Labbé. On n’a pas dit non à l’événement mais plutôt que cette année, on ne donnera pas autant. » Elle ajoute que les élus devaient se positionner sur ce genre de requête si d’autres organismes demandent d’utiliser des embarcations.

Elle précise également que la Ville aide les cadets de différentes façons, notamment en prêtant gracieusement des locaux. De plus, cette année, la Ville leur a remis les profits de la vente de livres de la bibliothèque.

Les conseillers Gélinas et Roy ainsi que la représentante des cadets ont été outrés que, dans la même séance du conseil, la Ville ait octroyé à un autre organisme le prêt gratuit d’un local en plus d’une somme d’argent.

Sur sa page Facebook, Démocratie Chambly explique cette décision. On précise que les cadets représentent un organisme fédéral, sous l’armée, tandis que le Bazar familial de Chambly est un organisme communautaire local, « qui redonnera 100 % des profits de ses événements à un autre organisme local ».

La mairesse réitère la volonté de se doter d’une politique claire pour aider financièrement les organismes. « Pour le moment, elle n’existe pas. D’ici à ce qu’elle soit définie, il faut prendre nos décisions un cas à la fois et c’est celle-ci qu’on a prise », dit-elle.

Partager cet article

3
Laisser un commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
Martin Gaulin-GendreauDaniel St-Ongelaurent brisson Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
newestplus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
laurent brisson
Guest
laurent brisson

Bonne décision. On va voir, mais je crois que la décision me semble très bonne

Daniel St-Onge
Guest
Daniel St-Onge

Je suis d’accord avec la mairesse et il y a une différence entre les cadets et un organisme communautaire.

Martin Gaulin-Gendreau
Guest
Martin Gaulin-Gendreau

J’estime que notre mairesse fait un excellent travail en signalant que le Conseil municipal désire dorénavant établir une politique claire en ce sens et je suis d’accord avec la position temporaire du Conseil à l’égard des diverses demandes parvenant des nombreux groupes communautaires, sportifs ou autres. Une saine gestion mérite d’être applaudie et non décriée!