À la « croisée » des idées

Photo de Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Par Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
À la « croisée » des idées
La Croisée des chemins met tout en œuvre pour se relever de la crise sanitaire et économique. (Photo : Chloé-Anne Touma)

À l’aube d’une réouverture qu’ils espèrent pour bientôt, les principaux actionnaires de La Croisée des chemins se félicitent de n’avoir jamais baissé les bras devant la COVID, puisque c’est en mettant plusieurs idées de l’avant pour se réinventer qu’ils ont su retirer certains avantages de la crise.

Dès le début de la pandémie, le pub culturel La Croisée des chemins, habitué à miser sur la bière, les performances de scène et la célébration événementielle, a su qu’il aurait à revoir sa formule commerciale. Ses deux principaux actionnaires, Louis Monty-Tremblay et Dominique Théberge, se sont vite retroussé les manches.

L’indépendance administrative

« Nous avons passé toute l’année à chercher des subventions mais n’avons eu ni l’aide provinciale, ni celle de la MRC. », relate Louis. « Nous avons le sentiment que les promesses de M. Legault, c’est du vent. Québec nous refuse l’aide au motif que nous ne sommes pas en mesure de démontrer que les pertes sont attribuables à la pandémie, et c’est en partie parce que nous sommes considérés comme étant une entreprise en démarrage. Par contre, le fait d’avoir mis le nez dans nos affaires nous a permis d’avoir enfin notre indépendance administrative et de gérer la comptabilité à l’interne. »

« On a eu une belle preuve de solidarité. Et là, on est impatients de rouvrir. » – Dominique Théberge

Une formule gagnante

Les associés ont aussi revu tout leur menu afin de proposer des plats pour emporter, aussi attirants pour leur clientèle régulière que pour de nouveaux adeptes potentiels, en incluant, en plus de leurs spécialités traditionnelles, une innovation, « l’usine à poutines ». Ainsi, à 10 % de leur achalandage habituel, et avec la contrainte de devoir se servir de tous les aliments pour ne pas en gaspiller, les deux associés racontent que « ça roulait en cuisine et (que) ça a très bien fonctionné! Le gros défi était de faire connaître les nouvelles propositions et de demeurer actifs dans l’esprit des gens ».

Populaires à Chambly

Bien que La Croisée des chemins n’ait que quatre ans d’existence, elle est déjà considérée comme une institution à Chambly. Louis et Dominique ont pu compter sur une communauté solidaire et désireuse de les voir s’en sortir. « Des bénévoles se sont portés volontaires pour faire des livraisons. Certains en ont même fait à vélo, gratuitement, ce qui a été à la fois écologique et économique. On nous a aussi prêté une voiture électrique. On a eu une belle preuve de solidarité. Et là, on est impatients de rouvrir. », lance Dominique, avec l’approbation de Louis.

Toujours plus haut

Pandémie oblige, le besoin d’innover a aussi été l‘incitatif pour oser se lancer en tant que brasserie artisanale, puisque La Croisée des chemins vient de mettre en marché sa propre bière de niche, « Ta mère en kilt », dont la recette caramélisée et fumée a été élaborée avec Alex Ganivet-Boileau, de la Brasserie distillerie Champ Libre, et Jean-Philippe Barbeau d’Épitaphe. « C’est une bière scotch ale en canette. C’est rare sur le marché! », de préciser Dominique. On peut s’en procurer en livraison ou en commande pour apporter au comptoir.

Avec tout ça, Louis et Dominique révèlent qu’ils comptent également aménager leur local pour y brasser leurs bières artisanales sur place. « Nous venons de recevoir les plans d’architecte. C’est prévu pour 2022! »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires