Des camionneurs surveillés lors d’une opération entre patrouilleurs et contrôleurs

Photo de Martine Veillette
Par Martine Veillette
Des camionneurs surveillés lors d’une opération entre patrouilleurs et contrôleurs
Un agent de la Sûreté du Québec et un contrôleur de Contrôle routier Québec lors de l’opération conjointe. (Photo : courtoisie)

MARIEVILLE. Des agents de la Sûreté du Québec (SQ) et des contrôleurs de Contrôle routier Québec (CRQ) ont effectué récemment une opération de vérification à Marieville, Rougemont, Saint-Césaire et Sainte-Angèle-de-Monnoir afin de s’assurer que les camionneurs respectent les règles du Code de la sécurité routière.

Marie-Josée Michaud, porte-parole de CRQ et contrôleuse, indique que des plaintes avaient été émises concernant le non-respect de la signalisation qui interdit aux camions d’emprunter certaines routes s’ils ne font pas de livraison. C’était le cas à Marieville, Rougemont et Saint-Césaire.

« Lorsqu’on a des demandes pour faire des contrôles, on va voir en premier si la signalisation est appropriée. Ça arrive qu’elle ne le soit pas. On fait alors des recommandations aux villes », mentionne-t-elle.

C’était le cas pour Marieville et Rougemont. CRQ leur a donc fait des recommandations en ce sens. À Marieville, des panneaux d’interdiction pour les véhicules lourds ont été installés sur le coin des rues Bernard et Chambly ainsi que sur le coin des rues Rodolphe-Fournier et Chambly.

« Des véhicules lourds ont été interceptés alors qu’ils passaient par le centre-ville sans y avoir de livraison prévue. » – Marie-Josée Michaud

Des constats

Lors de l’opération, qui s’est déroulée le 2 mai, une quarantaine de camions et des voitures ont été interceptés. Une quinzaine de constats d’infraction ont été donnés, notamment pour le non-respect de la vitesse affichée, l’utilisation du cellulaire au volant ainsi que le non-respect des zones interdites à la circulation des camions. Des avis de vérifications mécaniques ont également été donnés pour des défectuosités mineures.

À Marieville, des équipes composées d’agents et de contrôleurs se sont postées aux intersections des rues Sainte-Marie et Girouard, du Pont et Ouellette, ainsi que du rang du Ruisseau-Barré et du chemin de Chambly.

« Lors de cette opération, des véhicules lourds ont été interceptés alors qu’ils passaient par le centre-ville sans y avoir de livraison prévue », mentionne Mme Michaud.

Des équipes se sont également rendues à l’intersection de la rue Principale et de la Petite-Caroline, à Rougemont, au rang de la Côte-Double, à Sainte-Angèle-de-Monnoir, et au chemin Saint-François, à Saint-Césaire. À ce dernier endroit, des plaintes avaient également été formulées puisque des camions empruntent cette artère pour circuler entre l’autoroute 10 et la route 112. Mme Michaud précise que « cette route est interdite aux camions qui ne font pas de livraison locale ».

Mme Michaud et Ingrid Asselin, porte-parole de la SQ, ont toutes deux indiqué que lors de ces opérations, bien qu’une problématique soit ciblée, les agents et les contrôleurs interviennent lorsqu’ils voient d’autres infractions commises. Ils observent aussi s’il y a des problèmes du côté de l’entretien du véhicule. « Si l’on constate qu’il y a un problème, on va l’intercepter même si le conducteur n’a pas commis d’infraction », indique Mme Asselin.

L’opération vise, en plus du respect de la signalisation, à accroître la sécurité des usagers de la route. « On veut réduire les collisions avec blessés. Les camions sont plus lourds et plus pesants. La distance de freinage est plus longue », indique la porte-parole de la SQ.

De plus, bien que les camions aient été préalablement ciblés, des automobilistes ont aussi été interceptés.

Fréquent

Mme Asselin affirme que ce type d’opération conjointe avec différents partenaires est fréquente.

Les contrôleurs routiers surveillent et font respecter 46 lois et règlements. Ils interviennent principalement pour les véhicules lourds et tous les véhicules qui effectuent du transport de biens et de personnes. « On intervient auprès de la petite voiture de livraison jusqu’au gros camion », mentionne la porte-parole de la CRQ.

Pour certaines situations, ils ont aussi la capacité d’intervenir auprès d’automobilistes. Mme Michaud cite en exemple le transport de matières dangereuses, le transport de charge trop lourde ou trop longue ainsi que certains règlements de la circulation.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de