30 ans de partage avec l’Association Québec-France Chambly-Vallée-du-Richelieu

Photo de Frederic Khalkhal
Par Frederic Khalkhal
30 ans de partage avec l’Association Québec-France Chambly-Vallée-du-Richelieu
Monique Nolet et Michel Dupont-Hebert célèbreront comme il se doit le 30e anniversaire de leur association. (Photo : Frédéric Khalkhal)

La section montérégienne de l’Association Québec-France Chambly-Vallée-du-Richelieu célébrera ses 30 ans d’existence. Pour l’occasion, tous les citoyens sont invités à célébrer cet anniversaire avec eux.

Pour ses 30 ans, l’Association Québec-France fait les choses en grand. Le 5 novembre, la traditionnelle Soirée Vins et fromages prendra une saveur particulière cette année. Seront nommés membres honoraires Alexandra Labbé, mairesse de Chambly, Jean-François Roberge, député de Chambly et ministre responsable des Relations canadiennes, ainsi qu’Yves-François Blanchet, député fédéral et chef du Bloc québécois.

« Tout le monde est bienvenu. Nous avons été à l’arrêt complet pendant deux ans, le temps de la pandémie. Il était important de souligner notre anniversaire lors de ce vins et fromages, qui existe depuis notre début », nous explique Michel Dupont-Hebert, président de l’Association.

Le 16 janvier à 19 h 30, conjointement avec la Ville de Chambly, l’anniversaire se poursuivra avec une conférence de l’auteur Michel Jean, qui sera organisée au Pôle culturel de Chambly. 

Il y a 30 ans  

Monique Nolet est la vice-présidente de l’entité régionale de l’Association Québec-France Chambly-Vallée-du-Richelieu, mais aussi sa fondatrice, il y a 30 ans à Chambly. « L’Association existait déjà en France, poussée par la volonté du général De Gaulle. Ici, au Québec, c’est sous René Lévesque que l’histoire a commencé. L’association québécoise voit le jour en 1982 à Québec. À Chambly, c’est en 1992 que l’association est constituée », explique au journal Mme Nolet. Un jumelage s’est fait entre la Ville de Chambly et la Ville de Fréhel, en Bretagne, en 1990. La ville française a la particularité, comme Chambly, de chérir son fort sur le cap Fréhel. Le parc de Fréhel rappelle cette union. « L’objectif de ce jumelage est de faire mieux connaître Chambly, le côté historique de la Nouvelle-France. Il est important de montrer les atouts touristiques de notre région. »

La richesse culturelle de Chambly s’est fait ressentir le 20 septembre, alors que l’Association accueillait des membres français venus de Picardie. « Nous devions visiter avec eux Chambly et toute la Vallée-du-Richelieu. Finalement, il y avait tellement de choses à faire à Chambly que nous n’avons pas quitté Chambly. Cette ville, pourtant si proche de Montréal, est encore mal connue. »

Pendant longtemps, l’Association a collaboré avec l’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ), un organisme qui permettait de faciliter les échanges entre professionnels et étudiants du Québec, vers la France et de la France vers le Québec. « On a fait beaucoup d’échanges à Chambly avec l’aide de l’OFQJ jusqu’à la démocratisation d’Internet où ces échanges se déroulaient. À la différence d’Internet, ce que nous apportons en plus à nos membres, c’est la force d’une structure, d’un réseau et d’un regroupement social, qui propose plusieurs activités. Les initiatives personnelles ont leurs limites. »

Lors des célébrations de la Saint-Jean, Mme Nolet a remarqué qu’il y avait beaucoup de Français qui étaient établis à Chambly. « On aimerait en connaître davantage. Nous tenions un kiosque lors de la Saint-Jean. On affichait un drapeau français à côté du drapeau québécois. Plusieurs personnes sont venues nous voir et on a senti chez elles un intérêt. L’Association a son importance pour que ces Français se connaissent entre eux et qu’ils connaissent des familles québécoises. Nous aidons aussi beaucoup nos membres qui veulent aller découvrir la France. Notre réseau nous permet de leur trouver un gite chez l’habitant dans une soixantaine de régions en France. »

Partager cet article