21 août 1947 – Décès d’Ettore Bugatti

Photo de Benoit Charette
Par Benoit Charette

Il y a 72 ans décédait un des premiers génie de l’automobile , l’Italien Ettore Bugatti. Nous vous présaentons un court résumé de sa vie automobile.

Ettore Bugatti a sans l’ombre d’un doute été le plus célèbre constructeur de voitures de course, avant que son compatriote, Enzo Ferrari s’accapare de l’avant-scène peu de temps après son décès.  Né au sein d’une famille d’artistes, le 18 septembre 1881, Le père d’Ettore Bugatti, Carlo, est une grande figure de Milan, on le surnomme le petit Léonard et il côtoie les célébrités de l’époque. Le musicien Puccini et l’écrivain Léon Tolstoï viennent régulièrement dîner à la maison.

Ettore Bugatti nourrit une profonde admiration pour son père et, plus tard, il veut faire comme lui. Il apprend donc la sculpture et la peinture à l’École des beaux-arts de Milan. Mais réalisant que son frère Rambrant est beaucoup plus doué que lui pour les arts, Ettore abandonne illico et se jette dans la mécanique. Après avoir remporté de vifs succès dans les courses de tricycles à moteurs, Ettore conçoit sa première voiture en 1900 et fabrique une quatre cylindres capable de faire 60 km/h, très rapide pour l’époque. À 21 ans, Bugatti signe un lucratif contrat avec le Baron Dietrich, En retour, il est tenu de donner la primauté de ses inventions à la firme de Dietrich. Les voitures portent le nom de Dietrich-Bugatti et Bugatti aura l’exclusivité des ventes pour l’Italie.

Ettore apprend l’Allemand et s’installe en Alsace avec sa compagne, Barbara, avec qui il aura trois enfants. L’aventure durera trois ans, puisqu’en 1904, Dietrich décide d’arrêter la fabrication des voitures. L’aventure avec Dietrich dure trois ans. En 1909, Ettore et sa famille s’installent à Molsheim dans une demeure qui allait devenir le quartier général du Patron, comme le surnommait ses employés (en raison de sa mainmise sur toutes les étapes de la fabrication) pour les 30 prochaines années. La légende Bugatti était née.

Aux avant-postes de l’innovation

Les Bugatti étaient les voitures les plus chères sur le marché, mais leur fiabilité à toute épreuve et leurs performances inégalées garantissaient leur succès commercial. Bugatti a instauré des moteurs avec quatre soupapes par cylindre, les premiers compresseurs en course, des freins à disque aux quatre roues.  En 1929, Bugatti possédait la voiture sport la plus rapide au monde (177 km/h) et, pour couronner le tout, la Royale, qui devait être construite en 25 exemplaires pour les rois de ce monde. À la fin du compte, seulement six furent fabriquées et trois ont été vendues. La crise de 1929 a eu raison des plans de Bugatti. Une Bugatti royale se vendait 135 000$ en 1929, le double de la Rolls-Royce la plus dispendieuse.

Une fin tragique

Le début de la Deuxième Guerre mondiale a sonné le glas pour Bugatti.  Ettore avait décidé de vider l’atelier de Molsheim au début du conflit, car il était collé sur l’Allemagne et craignait pour sa vie.  Il avait donc transféré tout le matériel à Bordeaux, où il fabriquait des arbres de transmission d’avions pour l’armée française. Mais dès 1940, les Allemands envahissent Bordeaux et saisissent tout le matériel de Bugatti. Son fils et principal collaborateur, Jean, était mort tragiquement, en 1939. Son père, Carlo, est mort à son tour en 1940, alors que sa femme, Barbara, a trépassé en juillet 1946. Le 21 août 1947, Ettore Bugatti meurt à l’âge de 66 ans. Épuisé. Le fils Rolland est obligé de vendre la compagnie en 1963.

Il aura fabriqué plus de 7 800 voitures au cours de sa vie. Les héritiers tentèrent de poursuivre la tradition, mais sans succès. Le 22 juillet 1963, la famille Bugatti croule sous les difficultés financières. Elle confie la compagnie à Hispano-Suiza qui, à son tour, fermera ses portes quelques années plus tard.

Volkswagen a fait renaître la marque qui survit aujourd’hui avec un atelier ultra-moderne tout juste à côté de l’atelier original du patron en Alsace et la Veyron est encore la voiture de production la plus chère au monde à plus de deux millions de dollars.

 

 

L’article 21 août 1947 – Décès d’Ettore Bugatti est apparu en premier sur Benoit Charette.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de