20 M$ dépensés plutôt que les 13 M$ prévus au Pôle culturel de Chambly

Par Martine Veillette
20 M$ dépensés plutôt que les 13 M$ prévus au Pôle culturel de Chambly
Le Pôle culturel de Chambly devrait ouvrir à l’automne. (Photo : archives - Martine Veillette)

Selon les premières estimations, le Pôle culturel de Chambly coûtera 20,5 M$, soit 7,5 M$ de plus que ce qui avait été initialement prévu dans le contrat.

Selon les données obtenues par les journalistes via une demande d’accès à l’information, la Ville avait prévu un montant de 13 M$ à même les surplus accumulés. Elle a finalement dépensé 20 476 884 $.

Alexandra Labbé, nouvelle mairesse, a affirmé que « les raisons sont multiples et complexes » pour expliquer ces dépassements. Elle a fait savoir que la Ville demandera à un vérificateur externe d’examiner le dossier afin d’avoir l’heure juste. « Il y a énormément de décisions qui ont été prises, peut-être pas par les bonnes personnes ni de la bonne façon. On veut demander un avis juridique. Il faut régulariser la situation pour que tout soit en règle et pour qu’il soit livré à temps », soutient la mairesse.

Mme Labbé a précisé également vouloir connaître tous les détails et savoir « s’il y a eu des problèmes pour pouvoir réclamer des dédommagements ». Elle a répété à plusieurs reprises « qu’on devra apprendre à l’aimer » et précisé que « s’il y avait eu plus de transparence, on serait déjà en train de l’aimer plus ».

Pour expliquer les délais de livraison, un porte-parole de la compagnie Décarel, entrepreneur sur le chantier, avait déjà indiqué au Journal que plusieurs modifications avaient été apportées et que les prises de décision étaient longues. Il n’a pas été possible de parler à un représentant pour le dépassement de coûts.

Sans succès, le Journal a tenté à quelques reprises de parler au directeur général Jean Lacroix afin d’obtenir plus de détails sur ce dépassement de coût et pour savoir si d’autres dépenses étaient prévues.

Les premières prévisions estimaient la valeur du projet entre 10 M$ et 12 M$. Ce dernier avait été majoré à un peu plus de 13 M$ lorsque le contrat de la construction avait été donné à Décarel, en décembre 2017. Les fondations ont été construites par l’entreprise Marieville Constructions.

Rappelons que la Ville a également obtenu une subvention d’environ 2,3 M$ du ministère de la Culture.

« Il y a énormément de décisions qui ont été prises, peut-être pas par les bonnes personnes ni de la bonne façon. On veut demander un avis juridique. » – Alexandra Labbé

Dérogations

Lors de la séance du conseil du 2 juillet, les élus ont adopté une résolution pour des dérogations mineures afin de se conformer à ses propres règlements. La mairesse a précisé que c’était « à la demande des tuteurs ». M. Lacroix a pour sa part souligné que « les bâtiments appartenant à la Ville n’étaient pas assujettis à leurs propres normes ».

Le stationnement qui a été construit comportera 119 cases plutôt que les 143 espaces prévus au règlement pour une salle de spectacle d’un édifice institutionnel. Le directeur général et la mairesse ont assuré aux citoyens qu’il y avait possibilité d’en aménager davantage éventuellement, puisque la Ville est propriétaire de terrains limitrophes. La capacité de la salle est de plus de 400 personnes et la bibliothèque a une superficie de 1900 mètres carrés.

De plus, la résolution comprenait un alinéa stipulant qu’on haussait le pourcentage d’acier prépeint à 79 % sur le mur de façade sur le boulevard de Périgny, à 52 % du côté Migneault et à 100 % sur l’élévation droite. Normalement, pour un mur faisant face à une voie publique, la limite est à 50 % et à 60 % pour les autres façades. Une citoyenne a souligné que c’était « horrible ».

Les élus ont également discuté de la possibilité d’installer une protection contre les graffitis sur les murs du Pôle culturel. Ce point a été reporté à une séance ultérieure. Le conseiller Carl Talbot a proposé que soit aménagée une œuvre artistique sur le mur longeant le boulevard de Périgny.

Le directeur général a indiqué qu’un jeu de lumières est prévu à cet endroit. Cependant, il a ajouté que le ministère des Transports du Québec a indiqué qu’il y avait certaines contraintes dont l’importance de ne pas aveugler les automobilistes qui circulent sur le boulevard.

Ancienne bibliothèque

Les élus ont également adopté une résolution concernant l’occupation de l’ancienne bibliothèque sur l’avenue Bourgogne. Lorsque celle-ci sera déménagée dans le Pôle culturel de Chambly, c’est la Société d’histoire de la Seigneurie de Chambly qui y logera.

Partager cet article

4
Laisser un commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
GuestYvanClaraChristian Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
newestplus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Christian
Guest
Christian

Un stationnement régulier aurait fait le travail, du pavé uni c’est 6 fois le prix de l’asphalte, le bâtiment a l’air d’une usine donc on repassera, pas trop sure ou ils ont mis leurs argent parce que c’est vraiment laid comme batiment

Clara
Guest
Clara

Parfaitement d’accord avec vous. Cet édifice a été construit aussi « au bord de la rue »…
C’est est une horreur de style et de disposition. Il n’y a vraisemblablement aucun plan d’aménagement en vigueur à la ville. Chambly a un côté champêtre qu’il faut préserver. Il aurait été vraiment souhaitable de proposer un style d’architecture en harmonie avec son environnement.

Yvan
Guest
Yvan

Tout à fait d’accord, c’est vraiment laid. À part le fait que le bâtiment est beaucoup trop proche de la route, durant la construction je trouvais intéressant le style de la partie supérieure décalée, mais la finition extérieur est horrible, on a tellement l’impression de retrouver l’usine qui était là précédemment. Me semble qu’il y a beaucoup de plus beaux bâtiments qui se font ailleurs. Et toute cette beauté pour 7 millions de plus.

Guest
Guest
Guest

Je partage vos opinions notamment sur le manque d’arrimage du bâtiment avec le style de Chambly. Il aurait pu être prévu de l’harmoniser minimalement avec le style des maisons qui logent sur la rue Bourgogne. J’ose espérer que certains points pourront être corrigés notamment par des aménagements paysagers. De la verdure SVP! Il n’y a pas que la culture à Chambly. Et l’environnement?? toit vert?