La saison est terminée pour les Castors

André Corbeij andre.corbeij@tc.tc
Publié le 31 octobre 2015

La saison est officiellement terminée pour les Castors de Marieville. Ils ont remporté leur dernier match de la saison 33-6 contre les Titans Joséphine-Dandurand.

© André Corbeij

Les Castors de Marieville ont signé un gain de 33-6 le 23 octobre au stade Alphonse-Desjardins contre les représentants de Joséphine-Dandurand. Le match n’a toutefois pas permis à Marieville d’obtenir son passeport pour les séries.

Cette victoire a tout de même été bien accueillie par l’entraîneur Jean Lacaille qui a louangé le travail de ses hommes.

«Ç’a été une superbe victoire. Nous les avons dominés du début à la fin», a-t-il commenté. Mes joueurs ont joué leur meilleur match de la saison. Ils étaient déterminés. Nous avons joué en équipe du début à la fin. L’attaque a produit plus de points dans ce match que durant tout le reste de la saison. Les joueurs ont fait la fierté des coachs», poursuit-il.

Cette victoire des Castors a placé l’équipe à égalité avec Joséphine -Dandurand au deuxième rang de la section centre de la division 2B. En cas d’égalité au classement, c’est le temps continu disputé par les deux équipes qui tranchera. Et le couperet est tombé sur les castors qui sont officiellement éliminés.

« Notre premier match de la saison contre Joséphine-Dandurand nous a fait très mal. Nous avions dû déclarer forfait après la première demie, car nous avions commencé le match avec seulement 19 joueurs et nous en avions perdu en cours de route. Nous n’étions rendus que 15 joueurs en deuxième demie. On va savoir lundi si on est éliminé ou pas», lance Jean Lacaille.

Quoi qu’il en soit, Jean Lacaille est très heureux de la fin de saison de ses Castors qui fermeront officiellement les livres avec un souper d’équipe.

« Le côté positif  a été de voir une belle progression dans l’année. Nous l’avons terminée en force. C’est prometteur pour l’an prochain, car nous pourrons compter sur un important noyau de joueurs », conclut Jean Lacaille.