Roman plus sombre pour Sylvie G.

Roman plus sombre pour Sylvie G.

L’auteure Sylvie G. sort son 13 roman, Femme fatale, une œuvre plus sombre qu’à l’habitude. (Photo : courtoisie)

L’auteure chamblyenne Sylvie G. sort un peu de sa zone de confort dans son nouveau roman, Femme fatale, qui est en librairie depuis le 28 mars. Ce nouvel ouvrage est plus sombre que ce à quoi les amateurs de l’auteure sont habitués.

Sylvie G. est reconnue pour avoir écrit quelques chick lit, destinés aux adolescentes, une série policière, Les enquêtes de Kelly McDade, et des romances humoristiques.

« Pourquoi celle-là n’est-elle pas comme les autres ? Parce qu’elle n’est pas drôle ! C’est une romance beaucoup plus sombre », a-t-elle affirmé.

Sylvie G. affirme cependant que les lecteurs vont reconnaître sa touche dans Femme fatale.

« Ma fille lit tous mes romans. Elle a lu celui-là comme tous les autres. Elle m’a dit que c’est vrai que c’est différent, mais on me reconnaît. On le sent dans ma façon de créer les personnages et dans la dynamique », a-t-elle soutenu.

« Pourquoi celle-là n’est-elle pas comme les autres ? Parce qu’elle n’est pas drôle ! C’est une romance beaucoup plus sombre. »
– Sylvie G.

La nouvelle œuvre de l’auteure raconte l’histoire d’un enquêteur, Jonathan Serra, et de sa coéquipière Elisabeth Stevens qui tente de retrouver une meurtrière en série.

Toutes les victimes de cette meurtrière, appelée Katrina, ont un point commun : leur fort intérêt pour la luxure.

« C’est certain que le sujet est sérieux, a-t-elle soutenu. Dans mes autres romans, une de mes romances humoristiques entre autres, je parle de prostitution juvénile. Dans mes Kelly McDade, je parle aussi des cyberprédateurs, de la drogue du viol, de gangstérisme et de viol en séries, mais les livres sont humoristiques. »

Roman sombre

Au départ, Sylvie G. désirait écrire un roman encore plus sombre, mais elle s’est ravisée.

« À la base, quand je l’ai écrit, je le voyais beaucoup plus dark que ça. Je le voyais 18 ans et plus et vraiment pas accessible à tous. Mais l’amoureuse en moi a mis de la romance, ce qui fait que c’est 50 % romance et 50 % policier », a-t-elle confié.

Sylvie G. a aussi admis qu’elle a écrit dans un ton différent pour se sortir de la routine.

« Dans mes écrits, c’est sûr que je vais toujours écrire de la chick lit, ça me fait rire et ça me fait du bien, a-t-elle affirmé. Mais cette fois-ci, j’avais envie de tester autre chose. Dans mon quatrième tome de Kelly McDade, il y a eu des scènes où je bouclais la série, des scènes où j’allais plus chercher des émotions. C’est peut-être là que je me suis dit que ça pourrait être intéressant de voir si j’étais capable d’écrire pas uniquement des affaires drôles. »

Sylvie G. affirme que ça fait environ quatre ans que l’idée de ce roman lui trotte dans la tête. Avec ses autres projets, elle a repoussé l’écriture de cet ouvrage, mais elle a fini par mettre la main à la pâte.

13e roman

Sylvie G. est une auteure assez prolifique. Femme fatale sera son 13e roman. Trois autres ouvrages sont également dans les cartons pour la prochaine année, ce qui portera son total à 16 parutions en quatre ans.

« J’ai tendance à aimer quand ça roule, a-t-elle expliqué. Je ne pourrais pas juste écrire un roman par année. Il y a un certain rythme qui est stimulant. »

La suite

Sylvie G. est en voie de compléter une courte série de deux romans pour jeunes adultes, un peu dans la même lignée que Kelly McDade. Le premier tome devrait être en librairie au mois d’août et le deuxième en novembre.

« Je voulais une intrigue soutenue. Les deux romans se déroulent sur 48 heures. Ça s’adresse à la même clientèle que Kelly McDade et je pense que les garçons pourraient les aimer. »

Une autre romance humoristique pourrait aussi se retrouver sur les tablettes à l’automne.