Un premier livre à 18 ans pour Amélie Gélinas

Un premier livre à 18 ans pour Amélie Gélinas

En plus d’obtenir de droit de vote, de pouvoir consommer de l’alcool et d’atteindre la majorité, Amélie Gélinas a publié son premier roman, l’année de ses 18 ans. Le jeune de Marieville lancera son ouvrage le 16 novembre au restaurant Le Brac, dès 18 h.

L’étudiante au programme international a commencé son livre, Femmes de lignée, femme de secret à l’âge de 12 ans.

C’est dans le cadre de son projet personnel de cinquième secondaire qu’elle l’a fait publier.

« Quand j’ai commencé, c’était surtout pendant les vacances d’été, se souvient la jeune auteure. Il me passait une idée par la tête et je l’écrivais en quelques pages. En secondaire cinq, j’ai écrit une centaine de pages, le quart du livre. »

Dans son premier bouquin, Amélie Gélinas plonge ses lecteurs dans un univers fantastique, où l’on suit les aventures de son personnage, Ophélie, qui combat la maladie, à la quête de l’épée maudite. Elle croisera sur sa route le dieu de la mort.
« Depuis que je suis toute jeune, je lis de grosses briques de fantastique », ajoute-t-elle. Après avoir dévoré les ouvrages tels que Zarya de J P Goyette ou de La malédiction du tigre de Colleen Houck, elle s’est inspirée de l’univers fantastique pour rédiger son premier roman.

Persévérance

Pour réaliser son rêve, l’auteure a mis à profit son ambition pour solliciter les maisons d’édition. Elle a finalement opté pour une plus petite boîte, qui ne lui imposait que les frais de base, les éditions Publibook,

« Les grandes maisons d’édition haut de gamme publient peu de livres par année. Mon rêve, ce serait d’y accéder un jour », admet-elle.

« Je voudrais vivre comme technicienne de laboratoire de jour et écrire la nuit. »
– Amélie Gélinas

Vu son jeune âge, Amélie Gélinas en surprend plusieurs lorsqu’elle leur apprend qu’elle vient de publier son premier roman.

« La plupart du temps, les gens me demandent combien de pages j’ai écrites. Plusieurs croient que j’ai fait 200 pages, mais j’en ai plutôt fait 350, écrit petit sur un papier mince. Les gens restent surpris », lance-t-elle fièrement.

Au fil du temps, elle réalise le fruit de son travail colossal grâce aux commentaires des gens qu’elle rencontre.
L’écrivaine a d’ailleurs tenu un kiosque au Salon du livre de Sherbrooke et sera de passage à celui de Montréal, le 18 novembre prochain.

« C’est là que je réalise mon jeune âge ! Plusieurs auteurs se lancent dans l’écriture à la retraite, pour réaliser un rêve », constate la jeune femme.

Prochaines étapes

Maintenant étudiante au cégep, Amélie Gélinas suit le programme de science nature pour devenir technicienne de laboratoire. Bien qu’elle souhaite œuvrer dans le domaine scientifique, elle ne délaisse pas pour autant son intérêt artistique, qu’elle souhaite alimenter comme passe-temps.

« Je voudrais vivre comme technicienne de laboratoire de jour et écrire la nuit », illustre-t-elle.

Les intéressés peuvent se procurer son premier roman à la papeterie ABCD à Marieville et le jour du lancement.

« C’est avec une immense joie que je vous accueillerai à cette occasion, accompagnée de ma famille, ceux m’ayant aidée tout au long du processus de l’écriture et de la publication du livre », conclut-elle.