Parce que les aidants ont aussi besoin d'aide

Publié le 24 août 2016

Les aidants naturels ou proches aidants sont ces personnes qui offrent, sans rémunération, du soutien à une personne de leur entourage atteinte d’une incapacité. Vous en connaissez sûrement un ou une; votre mère, votre sœur, votre voisin, peut-être?

Les proches aidants forment le pilier du réseau de la santé; ils assument plus de 80% du soutien à domicile! Il s’agit d’une contribution vitale pour les personnes malades, en perte d’autonomie ou vivant avec un handicap qui souhaitent vivre chez elles. Leur rôle est complexe, exigeant et souvent de longue durée. Leurs responsabilités vont bien au-delà du seul aspect de l’aide ou du soutien matériel. Ils agissent dans les domaines de la prévention, de la protection, de la supervision, de la coordination et de la gestion de l’ensemble de l’aide et des soins requis, et ce, pendant très souvent de nombreuses années.

 

Pourtant, on reconnaît trop peu le travail exceptionnel fait par ces milliers d’aidants naturels. Être un proche aidant n’est pas toujours facile et peut avoir des répercussions importantes sur leur vie: fatigue morale, épuisement physique, problèmes de santé, vie familiale perturbée, difficultés financières, isolement social, consommation de psychotropes et dépression sont des phénomènes trop fréquents. Les effets se manifestent également au travail où l’on constate de l’absentéisme, une diminution des heures de travail et des départs précoces à la retraite, tel que Paul, qui a dû devancer sa retraite parce que l’état de santé de sa conjointe s’était détérioré rapidement.

Paul est maintenant aidant à temps plein. Il apporte quotidiennement les soins d’hygiène à son épouse Fernande, il s’occupe de l’entretien de la maison, des repas, des nombreuses visites médicales… Il a beaucoup à faire et se sent épuisé.

Heureusement, Paul a croisé une intervenante du Centre de soutien entr’Aidants lors d’une marche organisée par l’organisme Aînés en mouvement. Avec l’aide du Centre, il a pu s’informer et s’outiller pour pouvoir accomplir son rôle le plus longtemps possible. Il s’est inscrit à la formation Ressourc’É-MOI afin de prévenir son épuisement et a aussitôt rejoint le groupe de café-rencontre mensuel. C’est en rencontrant d’autres aidants dans la même situation que lui qu’il a appris à gérer la colère qu’il ressentait face, entre autres, à son impuissance dans la situation. Il a pratiqué le lâcher-prise, a accepté sa réalité.

Paul, comme de nombreux aidants naturels, a pu compter sur le soutien d’un organisme communautaire pour continuer d’aider son épouse sans sombrer dans l’épuisement. En effet, plusieurs organismes communautaires autonomes ont pour mission d’offrir des services dirigés vers les aidants. Ils offrent de la formation, des groupes de soutien, du soutien individuel, du répit, de l’information et référence, des conférences-échanges,…

Par leurs différents services, les organismes communautaires ont un impact concret sur la qualité de vie des aidants. Grâce aux différents services de ces groupes, les aidants ont tous les outils en leur possession afin de prendre soin de leur proche de façon beaucoup plus sereine. Ils développent des trucs pour aider sans pour autant y laisser leur propre santé. De plus, en participant à des groupes de soutien, en réalisant qu’ils ne sont pas seuls dans leur situation, le fardeau semble beaucoup moins lourd.

 

Avec le vieillissement de la population, de plus en plus de gens seront appelés à devenir aidants naturels auprès d’un membre de leur famille ou de leur entourage. Ces aidants auront eux-aussi besoin d’aide pour assumer ce rôle dont les responsabilités sont grandissantes avec les compressions en santé et services sociaux. Les organismes communautaires, qui vivent déjà beaucoup d’incertitudes financières, auront à leur tour besoin de soutien, soutien financier, pour continuer de permettre à ces personnes de jouer leur rôle d’aidant sainement. Une augmentation du financement à la mission de ces groupes est essentielle au maintien des services de qualité auprès des aidants et le gouvernement doit agir rapidement pour le bien-être des personnes malades ou atteintes d’une incapacité et des personnes qui prennent soin d’elles.

Parce que les organismes aidants aussi ont besoin d’aide!

Danielle Goulet, présidente de la Table régionale des organismes communautaires et bénévoles de la Montérégie

Anyela Vergara, directrice générale du Centre de soutien entr’Aidants