La vérité sur les pitbulls

Publié le 10 août 2016

Nous vivons dans un drôle de monde, mais vraiment pas comique, où les chroniqueurs et autres animateurs ont une voix plus forte que celle de la raison, que celle des vrais experts sur un sujet donné. La chasse aux sorcières que certains d’entre eux ont initiée dans le débat autour des chiens de type pitbull en est le meilleur exemple.

Alors que tous les experts, que ce soit les vétérinaires, éducateurs canins, comportementalistes et autres, s’entendent pour dire que de bannir une race ne sert absolument à rien, la population continue pourtant à croire ces amuseurs publics qui non seulement n’y connaissent rien, mais qui refusent de prendre en compte les études scientifiques qui démontrent clairement que le bannissement d’une race ne fonctionne pas. Ils refusent tout autant de prendre en compte les études tout aussi scientifiques qui ont démontré que la dangerosité d’un chien n’a rien à voir avec sa race.

Les experts du monde canin s’entendent aussi dans leurs suggestions de solutions sensées, qui, elles, règleraient le problème à la base. Responsabiliser le propriétaire de chien, peu importe sa race. Appliquer les règlements déjà en place quant au port obligatoire de la laisse dans les espaces publics, identifier et enregistrer tous les chiens. Rendre obligatoire la stérilisation de chaque animal ainsi qu’obliger les propriétaires de chiens à suivre un cours d’éducation canine et de comportement canin.

Avoir un chien, ou tout autre animal de compagnie, n’est pas un droit mais un privilège qui devrait être refusé à certaines personnes. Quelques histoires d’attaques de chiens de type pitbull ont fait le tour des médias dans les dernières semaines et une chose en est ressortie clairement: les propriétaires de ces chiens avaient un lourd passé criminel. Ces individus n’auraient jamais dû avoir le droit de posséder un chien, quelle que soit sa race.

Les médias, en s’obstinant à ne montrer qu’un côté de la médaille, nous font oublier que de par le monde, des centaines de milliers de chiens de type pitbull vivent paisiblement dans leur famille, sans ne jamais démontrer le moindre signe d’agressivité. Ces chiens partagent leur foyer avec non seulement des propriétaires responsables et consciencieux, mais avec des enfants de tous âges, des chiens, des chats, etc. Plusieurs sont également d’excellents chiens de thérapie ou de travail policier. Font-ils les nouvelles? Non, malheureusement.

Plusieurs journalistes, animateurs et chroniqueurs semblent se fier uniquement aux données venant d’un site web américain, www.dogsbite.org, sans se soucier du fait que ce site ne fait rien d’autre que du lobbying anti-pitbull. Sans vérifier la véracité des données disponibles sur ce site. Par chance, plusieurs spécialistes du monde canin ont exposé les problèmes avec ces dites données. Et sans nommer le site directement, un journaliste scientifique du Soleil a aussi démontré le problème avec ces supposées statistiques.

Malheureusement, cette campagne de désinformation aura des répercussions autant sur les propriétaires de chiens responsables, qui, eux, sont respectueux des règlements, mais surtout sur les centaines de chiens qui devront être mis à mort pour la seule et unique raison qu’ils ne sont pas des caniches.

Une autre répercussion que les médias n’avaient peut-être pas prévue, c’est la montée de la violence faite sur des chiens innocents par des citoyens sans scrupules. Des chiens empoisonnés, des chiens à qui on a offert des boulettes de viande dans lesquelles se trouvaient des lames, des chiens battus et brûlés.

Alors que le gouvernement du Québec s’apprête à légiférer sur les chiens dits dangereux, on ne peut qu’espérer qu’ils sauront non seulement s’entourer de vrais spécialistes, mais que ces derniers seront entendus et que cessera cette chasse aux sorcières.

Marie-Josée Carrière