Voici pourquoi je n’irai plus déjeuner à Chambly

Publié le 8 novembre 2016

J’aime bien certains restaurants de Chambly. Pourtant, j’ai décidé volontairement de m’en priver dorénavant. La raison: les abus de l’administration municipale de Chambly.

Dimanche dernier, je me suis rendu chez Bonté Divine, un excellent petit restaurant sur la rue de Bourgogne. J’ai pris le temps de me stationner «à côté du 1643, Bourgogne» selon le billet d’infraction que l’on m’a remis.

En me garant, j’ai bien vu qu’il s’agissait d’un stationnement payant. En sortant de l’auto, je n'ai vu aucune indication sur les horaires où des frais sont exigés. Pas de chance à prendre, je me suis dit que dans le doute, il vaut mieux payer. J'ai cherché alors un horodateur pour payer. N’en trouvant pas, j'ai marché jusqu’à l’autre stationnement environ 50 mètres plus loin. J'ai tenté de payer mon stationnement, une erreur de lecture de ma carte de crédit s'est alors inscrite. J’ai utilisé ma seconde carte de crédit, même résultat. Je veux bien payer, mais là on ne me facilite pas la vie.

Devant la situation, j'ai appuyé sur le bouton d'aide. Un message m’invitant à contacter l'administration par téléphone est apparu. Un dimanche, cela ne me semble pas nécessairement évident (est-ce ouvert?) et sans mon téléphone cellulaire, cela devenait peine perdue.

Que faire? Si je décide d’aller au restaurant sans payer, je risque d’avoir une contravention; sinon, je ne peux pas aller au restaurant, car il n’y a pas de stationnement possible (les espaces étant tous payants dans le secteur).

J’ai décidé d’aller manger quand même et, bien sûr, on m’a remis une contravention. Rien de moins que 77$ à débourser en raison d’un horodateur incapable de lire mes cartes de crédit (mes cartes de crédit passent pourtant partout ailleurs, et même dans les stationnements, sauf à Chambly).

Le stationnement à Chambly, c’est une trappe à contraventions. Même lorsque l’on veut se conformer, on n’y arrive pas.

Je vais payer ma contravention parce que même si je la contestais (pour cela, il faut avoir le temps), je ne suis pas certain de gagner et j’aurai alors à débourser d’autres frais probablement encore largement exagérés en plus de perdre une journée de travail. Il ne me reste qu’à payer.

Voilà pourquoi je n’irai plus à aucun restaurant à Chambly, malgré la qualité de ceux-ci: il n’est pas question que l’administration municipale fasse plus de profit sur mon dos.

Dommage pour les commerces de Chambly, mais pour moi c’est fini!

Pierre Berger, résident de Carignan