Préserver le patrimoine et le paysage culturel

Publié le 23 novembre 2016

La Société d’histoire de la Seigneurie de Chambly est soucieuse de la conservation des éléments patrimoniaux qui font la richesse historique et la renommée de nos municipalités autour du bassin de Chambly.

Dans cet ordre d’idée, elle supporte tout projet nouveau d’architecture dans une aire reconnue comme hautement patrimoniale, du moment que sont respectés les éléments historiques environnants. Car le patrimoine n’est pas un isolat dans un désert. Il s’inscrit dans un décor constitué d’autres histoires architecturales, de paysages et d’aménagements paysagers, d’artefacts anciens ou archéologiques.

Or, il peut se trouver que le voisinage de ces maisons historiques subisse une dépréciation patrimoniale, quand un édifice d’architecture post moderne provoque une rupture dans l’harmonie paysagère.

Nous attirons votre attention sur les condos construits récemment aux adresses 1242-1248, 1re rue à Richelieu. La Société d’histoire déplore le fait que les responsables au département d’urbanisme de la Ville de Richelieu n’aient pas pris en compte l’ensemble du paysage culturel que constitue la 1re rue.

Cette dernière constitue une vitrine exceptionnellement riche en habitations anciennes, en histoire, en aménagements et paysages patrimoniaux, face à la rivière Richelieu. Énumérons seulement les maisons Franchère, Panet, Monet-Chartrand, Jodoin, Ashby-Loiselle, Massé, sans oublier les parcs soigneusement aménagés. Rappelons que la Loi 82 sur «Le patrimoine culturel», adoptée en 2010, section III, article 23 et 24, ainsi que le chapitre IV, permet aux municipalités d’intervenir pour la conservation des « paysages culturels ».

Tout le pourtour du Bassin, les deux rives, les chemins et les rues qui bordent la rivière Richelieu méritent une attention particulièrement soignée. Ce sont des hauts lieux d’histoire. Ces paysages et leurs habitats anciens sont particulièrement visibles et sensibles. Que nos visiteurs puissent apprécier longtemps l’ambiance harmonieuse de nos ilots d’habitations.

Paul-Henri Hudon, président de la Société d’histoire de la seigneurie de Chambly