Des entraîneurs de grande classe

Denis Bélanger denis.belanger@tc.tc
Publié le 22 juillet 2016

Marc Jussaume et Laurie Champagne-Généreux (chandail bleu) observant attentivement le match en cours.

©TC Media - Denis Bélanger

OPINION. Ce ne sont pas tous les entraîneurs qui ont mon respect. J’en ai vu des vertes et des pas mûres en trois Jeux du Québec. J’en ai entendu des pas pires aussi. Mais je dois lever mon chapeau à Marc Jussaume et à Laurie Champagne-Généreux, les entraîneurs de l’équipe féminine de volleyball de Richelieu-Yamaska.

J’ai eu la chance de côtoyer l’équipe pendant plusieurs heures au 2e jour du tournoi. Ce qui a retenu mon attention est un jeu bien précis survenu au dernier match de la journée. Les filles avaient gagné les deux matchs précédents et étaient en position pour connaître une journée parfaite.


Nous sommes au troisième et dernier set de l’affrontement entre Richelieu-Yamaska et le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Richelieu-Yamaska menait à un certain moment, mais a finalement baissé pavillon par la marque de 15-13. Un coup de sifflet a semé la confusion chez les joueuses de Richelieu-Yamaska et l’adversaire a finalement gagné le point sur ce jeu.


Je connais quelques entraîneurs qui auraient sauté sur cette occasion pour vilipender l’arbitrage et dire que les officiels leur ont coûté le match. Mais Marc Jussaume et Laurie Champagne-Généreux ont refusé de jouer cette «game». Quand j’ai abordé le sujet, Marc a sincèrement répondu qu’il ne pouvait attribuer la défaite de son équipe à ce jeu en particulier. C’est très rafraîchissant comme commentaire, surtout après tout ce que j’ai vu et entendu. Bravo, c’est tout à votre honneur.


Au terme d’une défaite crève-cœur un entraîneur de sport universitaire m’avait répondu ceci: «Voici mon commentaire: dans le cul l’arbitrage». Et ne vous leurrez pas, ce type de comportement se produit aussi aux Jeux du Québec. Cette situation m’a été racontée toutefois racontée par un collègue. Aux Jeux de Longueuil de 2014, il m’avait rapporté l’attitude déplacée d’un entraîneur de soccer de la Rive-Sud. Son équipe venait de perdre l’or et il démontrait une attitude de mauvais perdant. Si ma mémoire est bonne, il critiquait lui aussi l’arbitrage. Pas une attitude à démontrer devant des jeunes.


C’est bien beau la victoire aux Jeux du Québec, mais n’oubliez pas chers entraîneurs que vous dirigez des jeunes. Ne mettez pas trop de pression sur eux, ne leur enlever pas le plaisir de jouer. Si les jeunes font du sport, c’est d’abord parce qu’ils aiment ça.