Nouveau programme pour contrer le décrochage à Chambly

Nouveau programme  pour contrer le décrochage à Chambly

Daniel Vermeersch, directeur, Olivia Goyette, intervenante au Créneau et Manon Fauteux coordonnatrice du projet.

Crédit photo : Yessica Chavez

Un nouveau programme pour faciliter le retour à l’école pour les décrocheurs de 16 à 29 ans voit le jour à Chambly.

L’École du Fort est un projet pilote mis en place par l’organisme Intégration Compétences en partenariat avec le Carrefour jeunesse. Il vise à faciliter un retour progressif pour les personnes ayant décroché de l’école avant d’avoir obtenu leur diplôme d’études secondaires. Il est subventionné par Québec dans le cadre de son programme Créneau carrefour jeunesse (Créneau). Son coût se situerait entre 40 000 $ et 45 000 $ par année. Une dizaine de programmes comme celui d’Intégration Compétences existent au Québec, notamment à Saint-Jean-sur-Richelieu, Cowansville et Sainte-Hyacinthe.

Pour faire partie du programme, les jeunes décrocheurs doivent ouvrir un dossier avec l’organisme. Ils rencontreront une conseillère afin de les aider à choisir le bon cheminement scolaire. Après quoi, avec l’aide du personnel de l’École du Fort, ils pourront s’inscrire gratuitement à la formation à distance de l’éducation des adultes offerte par la Commission scolaire des Patriotes (CSP). Ils pourront par la suite se présenter dans les locaux de l’École du Fort pour compléter les modules de formation dans un délai de six mois. Les futurs élèves auront accès aux locaux pendant des demi-journées du mardi au jeudi, matin ou après-midi selon leur préférence. « On veut que nos participants se sentent à l’aise ici. On veut créer un environnement flexible qui permettra à chacun d’avancer à son rythme », explique Daniel Vermeersch, directeur général d’Intégration Compétences.

« Notre rôle est de les aider à regagner leur confiance, car souvent les gens qui ont vécu un échec scolaire ont peur d’échouer à nouveau. »
— Daniel Vermeersch

Ils seront suivis par un accompagnateur et par un intervenant psychosocial. « On veut s’assurer que s’ils ont des problèmes dans une autre sphère de leur vie, on puisse les aider et les encourager à poursuivre leur apprentissage. Notre rôle est de les aider à regagner leur confiance, car souvent les gens qui ont vécu un échec scolaire ont peur d’échouer à nouveau », affirme M. Vermeersch. Pour Suzanne Barrière, directrice du Centre de formation du Richelieu à la CSP, ce nouveau programme permettra de rejoindre une clientèle qui est loin du système scolaire. « C’est tellement un beau projet de collaboration. Nous pouvons les aider à trouver des solutions en ce qui concerne le cheminement scolaire et les inscriptions auprès du ministère et eux peuvent apporter tout un soutien supplémentaire que nous ne sommes pas en mesure de prendre en charge », avance-t-elle.

Éducation des adultes

Le but ultime du programme est de servir de transition entre l’éducation des adultes et le décrochage. « Ces personnes-là pourront intégrer nos formations dès qu’elles seront prêtes. Nous allons faciliter les démarches pour qu’elles restent sur les bancs d’école », affirme Mme Barrière. Les inscriptions pour la formation des adultes étant ouverte tout au long de l’année, les participants au programme pourront effectivement joindre celle-ci au moment de l’année où ils le souhaiteront.

À la Commission scolaire des Patriotes, le taux de décrochage est de 11,8 % pour l’année scolaire 2013-2014, selon les dernières données du ministère de l’Éducation. Un taux en baisse comparativement à l’année 2012-2013. Pour l’ensemble du Québec, ce taux grimpait à 16,2 % en 2013-2014.

(Photo : Yessica Chavez)