Le CPA de Marieville met fin à ses activités

Le CPA de Marieville met fin à ses activités

Le Club de patinage artistique de Marieville a mis fin à ses activités.

Crédit photo : Courtoisie

Après 41 ans d’existence, le Club de patinage artistique (CPA) de Marieville a mis la clé sous la porte en raison de problèmes financiers engendrés par la baisse du nombre d’inscriptions.

La décision a été prise lors de l’assemblée générale annuelle en mai après plusieurs mois de discussions. La nouvelle a été annoncée sur la page Facebook du club le 3 juillet.

En quatre ans, le nombre de patineurs est passé d’environ 120 à 60, indique la trésorière du CPA, France Ravenelle. Pour la saison 2016-2017, ce sont 370 heures que le club a louées au Centre sportif Rouville comparativement à 519,5 en 2015-2016.

Au cours des deux dernières années, la situation a poussé le club a redoublé d’efforts pour parvenir a présenté des budgets équilibrés.

« Il y a notamment eu une révision à la hausse des frais d’inscription et une diminution des dépenses pour les spectacles annuels », mentionne Mme Ravenelle

Départ des patineurs

France Ravenelle attribue la baisse du nombre d’inscriptions en partie au fait que les patineurs préfèrent se rendre à Chambly. Elle mentionne que les coûts y sont moins élevés même pour les non-résidents, car il s’agit d’un aréna public plutôt que privé.

Selon la trésorière, les heures conviennent aussi mieux aux patineurs. Elle déplore notamment qu’au Centre sportif de Rouville, les heures appartenant historiquement au club soient de 15 h à 17 h.

« Les jeunes sont à l’école. Ils ne seront pas sur la glace », déclare-t-elle.

Le club comptait aussi plus de garçons avant que le club de hockey ne démarre un groupe pour les trois à quatre ans. Des patineurs pratiquent également le sport-études à Saint-Jean-sur-Richelieu et d’autres sont partis en raison de la hausse des frais d’inscription.

Coûts

France Ravenelle indique également que la hausse des coûts pour la location de la glace a aussi nui au club. La gestionnaire du Centre sportif Rouville, Louise Morin, confirme qu’ils sont passés de 145 $ à 150 $ l’heure entre les saisons 2015-2016 et 2016-2017. Toutefois, elle soutient que c’est le CPA qui paye le moins cher et que l’augmentation a été moins élevée que pour d’autres organisations.

« Le hockey mineur paye 165 $ et les ligues commerciales ont eu une augmentation de 20 $ en deux ans passant de 195 $ à 215 $ », indique-t-elle.

Implication de la Ville

Mme Ravenelle soutient que si la Ville avait apporté une aide financière rapidement, cela aurait pu avoir du poids dans la balance. La contribution est passée de 60 $ à 150 $ par inscription, à la fin du printemps, mais la décision de mettre fin aux activités était déjà prise. Ce changement a été effectué dans le cadre de l’élaboration de la Politique d’assistance financière aux organismes adoptée récemment par le conseil municipal.

Précédemment, en février, une résolution avait été adoptée par les élus afin de venir en aide au CPA en lui versant en avance contribution pour la saison 2017-2018.

« On a choisi par transparence de ne pas l’encaisser, sachant qu’on était en discussion si on poursuivait les activités ou pas », déclare la trésorière du club.