Incursion sur le site de la Fondation Fauna

Incursion sur le site de la Fondation Fauna

Crédit photo : Archives/Denis Germain

Bien connue pour être un sanctuaire de chimpanzés à Carignan, la Fondation Fauna est aussi une vaste plantation horticole installée sur la réserve naturelle du Ruisseau-Robert. La Fondation fête son 20e anniversaire de création cette année.

En 1990, le Dr Richard Allan et Gloria Grow se sont portés acquéreurs d’un terrain d’une quarantaine d’hectares situé sur le chemin Bellerive à Carignan.

« Tous les arbres ici ont été plantés, explique l’initiatrice de la fondation, Gloria Grow. C’était des champs avant et le bétail allait s’abreuver dans l’étang. Quand nous sommes déménagés ici, nous avons appelé des environnementalistes pour leur demander comment régler cette problématique, avec l’érosion, etc. Depuis 1991, nous nous affairons à ramener un écosystème en santé et je crois que nous avons réussi maintenant. »

Petit à petit, les propriétaires ont acquis des terrains avoisinants qui leur ont permis d’agrandir leurs activités.

« Depuis 1991, nous nous affairons à ramener un écosystème en santé et je crois que nous avons réussi maintenant. »
– Gloria Grow

Étant classifié comme réserve naturelle par le gouvernement du Québec, le terrain de la Fondation restera protégé à perpétuité.

« Nous, au point de vue de notre intérêt politique, nous voulons que la Ville en fasse un organisme à but non lucratif pour que quand nous allons être assez vieux, nous allons donner le terrain à la Ville de Carignan, explique pour sa part le Dr Allan. Si on dit que d’ici 25 ans, il va y avoir des maisons tout autour, je crois qu’il sera bien qu’il y ait un parc central dans la ville. »

Plantation

Depuis l’été dernier, la Fondation est l’hôte d’une plantation et d’un arboretum qui accueille des arbres d’un peu partout au monde.

« Le noyer cendré est sous attaque par le chancre du noyer cendré, un champignon qui vient d’Asie, explique l’arboriculteur de la Fondation, Ken McAuslan. Ce qu’on essaie de faire, ce sont des hybrides entre le noyer cendré et le noyer du Japon. Cet hybride a une résistance naturelle au champignon qui vient du noyer d’Asie. »

La Fondation Fauna a aussi mis sur pied une forêt contrôlée de noyers noirs, qui servira au maintien économique de l’organisme.

« Les noyers noirs sont là pour la récolte, éventuellement dans 40 ans ou 50 ans, a ajouté M. McAuslan. Le noyer noir, c’est un bois de plus grande valeur que le bois franc. Peut-être que ça va donner de l’argent à la Fondation. »

Chimpanzés

La Fondation Fauna est la maison d’accueil de quatorze chimpanzés, qui ont servi à la recherche biomédicale.

Sept des résidants proviennent de la première vague de chimpanzés que la Fondation a accueillie en 1997 du Laboratory for Experimental Medicine and Surgery in Primates (LEMSIP), aujourd’hui fermé.

Les autres primates proviennent des zoos de Saint-Félicien et de Québec, du Chimpanzee and Human Communication Institute et les deux dernières arrivées, en décembre dernier, du parc Safari.

Festivités du 20e

Dans le cadre de son 20e anniversaire, la Fondation organise un événement le 21 octobre.

Elle accueillera le fondateur de l’organisation caritative Zoocheck, Rod Laidlaw, qui fera une présentation qui explorera les mythes et les réalités de la captivité des animaux au Canada et les moyens que les gens peuvent entreprendre pour contribuer à la création d’un environnement sain et plus humain pour les animaux.