Accrochages entre piétons et cyclistes : toujours rester sur les lieux


Publié le 16 juin 2017

La police rappelle de ne jamais quitter les lieux d’un accident.

©Annabelle Baillargeon

Après être entré en collision avec une voiture, un cycliste semble bien se porter. Le conducteur quitte les lieux, sans laisser ses coordonnées. La Régie intermunicipale de police Richelieu – Saint-Laurent rappelle aux citoyens d’éviter cette pratique, puisque ces informations sont essentielles à la production d’un rapport.

Depuis quelques semaines, la police doit tenter de trouver des personnes impliquées dans ce genre d’accident mineur. Bien souvent, la victime est sur le coup de l’adrénaline et ne ressent que le lendemain des courbatures ou des blessures.

En communiquant avec la police, la victime n’a pas le contact de l’autre personne impliquée. Les agents doivent alors lancer une recherche.

« Si la personne a besoin de réclamer à la SAAQ, on a besoin d’avoir les coordonnées de l’autre personne pour fournir un dossier complet », explique le sergent Pierre Tremblay.

Un événement à Chambly

Les agents de la Régie sont présentement à la recherche du conducteur d’une voiture Chevrolet Cavalier grise, qui circulait vers 19 h 30 le 12 juin à l’intersection du boulevard Anne-Le Seigneur et de la rue Michel-Laguë.

L’automobiliste a accidentellement accroché une cycliste qui traversait la rue. Sans tomber de sa bicyclette, elle a sautillé pour se rendre sur la chaussée.

« Elle a eu des éraflures au tibia et sa roue arrière est brisée », indique le porte-parole de la Régie.

Après s’être assurés que la jeune femme était correcte, le conducteur et le passager ont quitté les lieux.

La police rappelle de ne jamais quitter les lieux d’un accident

Pierre Tremblay

« On cherche à identifier cette personne pour échanger nos coordonnées afin de remplir le rapport d’accident », lance le policier.

« Souvent, sur le coup, les gens ne s’aperçoivent pas de la douleur. Il est important de toujours rester sur place pour attendre la police lorsqu’un événement de ce genre se produit, et de laisser ses coordonnées », résume Pierre Tremblay.