École secondaire: la balle est dans le camp du ministère

École secondaire: la balle est dans le camp du ministère

La Commission scolaire des Patriotes a déposé une demande d’agrandissement pour l’école secondaire de Chambly.

Crédit photo : Xavier Demers

La Commission scolaire des Patriotes (CSP) a déposé une demande d’agrandissement au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) pour accueillir des élèves de 4e et de 5e secondaire à l’école secondaire de Chambly.

Deux demandes d’agrandissement seront envoyées au ministère par la CSP, une pour l’école secondaire de Chambly, qui doublerait sa superficie, et une autre pour l’école De Salaberry.

La CSP a affirmé que l’analyse des données ne pouvait que mener à la conclusion qu’il est nécessaire d’agrandir l’école secondaire de Chambly.

« On a reçu de données précises par secteur au début mars, a expliqué la présidente de la Commission scolaire, Hélène Roberge. On a fait une analyse qui montre que l’augmentation démographique est plus rapide que ce que nous avions prévu dans les données que nous avions l’année dernière à pareille date. »

Mme Roberge a également spécifié, alors qu’il est inhabituel d’envoyer des demandes d’agrandissement avant la fin des classes, que la demande pourrait être reçue par le ministère dans le cadre du Programme québécois d’infrastructures 2018-2028.

Si la CSP ne reçoit pas de réponse à sa demande, elle en représentera une autre pour le PQI 2019-2029. Une demande d’ajout d’espace sera par ailleurs faite à la fin de l’année scolaire pour Carignan pour le secteur primaire, puisque celle concernant l’école De Salaberry ne viendra pas combler le manque d’espaces dans le secteur de Chambly, Carignan, Saint-Basile-le-Grand et Saint-Bruno-de-Montarville.

Six points

La CSP a basé son analyse sur six points pour justifier les deux demandes d’agrandissement.

Pour l’an prochain, les prévisions démographiques du MEES supposent une augmentation de 510 élèves au secondaire sur tout le territoire de la CSP, avec le quart de ceux-ci provenant de Chambly et de Carignan.

« La croissance démographique au secondaire sur l’ensemble du territoire de la CSP se poursuivra sur une période de six années pour atteindre 2 279 élèves de plus en 2023-2024 que les chiffres que nous avons actuellement, a spécifié le directeur du service des ressources matérielles, Dominic Arpin. L’ensemble des dix écoles secondaires ne seront plus en mesure d’accueillir tous les élèves au secondaire à ce moment-là. »

La CSP a également noté que la plus forte croissance sur le territoire de la CSP est vécue à Chambly et à Carignan et que dix développements immobiliers sont à prévoir ou sont en cours dans le secteur.

« Il y a aussi une pression qui s’exerce au niveau primaire, a ajouté M. Arpin. Ce qu’on a fait, c’est d’analyser le territoire compris des villes de Chambly, Carignan, Saint-Basile-le-Grand et Saint-Bruno-de-Montarville pour aussi évaluer le besoin d’une demande d’ajout d’espace. »

Selon le document de la CSP, dans les cinq prochaines années, c’est un manque de 16 à 21 locaux pour le primaire que subirait ce territoire.

Soulagement

La porte-parole de la Coalition pour un 4e et un 5e secondaire à Chambly, Marie-Josée Valade-England, était très émue lorsque la présidente a officialisé la demande d’agrandissement.

« Ça dépasse nos attentes, a-t-elle affirmé. Au début, quand vous nous avez parlé d’un agrandissement avec une aile primaire, je trouvais ça bizarre un peu. On se disait que c’était un pas vers l’avant. Mais avec ce soir, merci d’avoir pris le temps d’analyser les données. C’était quand même évident qu’on avait besoin de 4e et 5e secondaire à Chambly. »

À la séance du conseil des commissaires de janvier, la présidente de la CSP, Hélène Roberge, avait avancé l’idée d’une demande conjointe qui ajouterait une aile primaire à l’école secondaire. À la suite de l’analyse, Mme Roberge a indiqué qu’en regardant les possibilités en fonction des prévisions du nombre d’élèves, l’aile primaire ne serait pas la meilleure solution.

Terrain

La Commission scolaire n’aurait pas à en venir à une entente pour l’achat de terrain pour l’agrandissement possible de deux écoles.

Selon Mme Roberge, les terrains de l’école secondaire de Chambly et de l’école De Salaberry sont assez grands pour les agrandissements.

Si le ministère donne une réponse favorable au projet d’agrandissement, Mme Roberge croit que les élèves de 4e et de 5e secondaire pourraient intégrer l’école secondaire de Chambly d’ici trois ans.

« C’est sûr que ça va prendre quelques mois avant que les travaux ne débutent. On peut penser à une ouverture soit à l’automne 2020 ou l’automne 2021. Il ne faut pas oublier non plus qu’étant donné qu’il s’agit d’un agrandissement d’une école fréquentée par des élèves, la logistique est différente. »

Réponse

La réponse du ministère pourrait être connue d’ici la fin de l’année scolaire. Entre-temps, la CSP continuera ses démarches dans le dossier.

« On est proactif, on va mettre une certaine pression pour que le dossier soit traité en priorité », a affirmé la présidente de la CSP.

Le député de Chambly, Jean-François Roberge, compte lui aussi faire pression sur son collège, le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx.

« C’est sûr que mardi je vais parler directement au ministre Proulx pour m’assurer que cette demande soit traitée très rapidement. Je vais m’arranger pour ce soit sur le dessus de la pile. »