La commissaire Gisèle Bombardier démissionne

La commissaire Gisèle Bombardier démissionne

La commissaire démissionnaire de la circonscription de Marieville et de Saint-Mathias-sur-Richelieu, Gisèle Bombardier

Crédit photo : courtoisie

La commissaire de la circonscription 2, qui couvre le territoire de Marieville et de Saint-Mathias-sur-Richelieu, Gisèle Bombardier, a remis sa démission de son poste à la Commission scolaire des Hautes-Rivières (CSDHR).

Puisque la démission de Mme Bombardier survient moins de 12 mois avant les prochaines élections scolaires, la CSDHR n’a pas à déclencher d’élection partielle pour la remplacer.

« S’il reste entre 12 et 4 mois à écouler avant le jour fixé pour le scrutin de la prochaine élection générale et que le poste d’un commissaire devient vacant, le conseil des commissaires comble ce poste dans les 30 jours de la fin du mandat, après consultation du comité de parents », peut-on lire à l’article 199 de la Loi sur les élections scolaires.

La démission de Mme Bombardier sera en vigueur à compter du 15 février. Les élections scolaires devraient se tenir le 4 novembre.

Mme Bombardier avait été élue en 2014 avec 52,88 % des voix. Elle faisait partie de l’équipe de la présidente de la CSDHR, Andrée Bouchard.

Remplacement

Afin de remplacer temporairement Gisèle Bombardier au sein du conseil des commissaires, la CSDHR procède à un appel de candidatures pour effectuer son mandat.

4 novembre
C’est la date à laquelle devraient se tenir les prochaines élections scolaires.

« Les personnes intéressées doivent faire parvenir leur candidature accompagnée d’une lettre de motivation par la poste ou par courriel à la Commission scolaire des Hautes-Rivières, au plus tard le vendredi 16 février à 16 h, écrit-on dans un avis public. Les candidats admissibles pourraient être appelés à expliquer les motifs les incitant à devenir commissaires lors d’une rencontre du comité exécutif du conseil des commissaires. »

Départ

La démission de Mme Bombardier fait suite à la déclaration de son mari, l’ancien maire de Marieville, Gilles Delorme, faite lors de la soirée des élections municipales, le 5 novembre 2017.

« Je vais littéralement mettre énormément d’efforts et d’énergie pour quitter Marieville. Je ne veux plus être résidant de Marieville », avait-il affirmé à la sortie de l’école secondaire Mgr-Euclide-Théberge, où se déroulait le dévoilement des résultats.

M. Delorme avait raté sa tentative de se faire réélire pour un second mandat. Il avait obtenu 22 % des voix, terminant derrière sa concurrente, la nouvelle mairesse de Marieville, Caroline Gagnon.