Célébrante du baptême… mais laïque

Célébrante du baptême… mais laïque

Francine Boisclair lors du baptême d’un enfant de sa famille.

PORTRAIT. Elle remplit la fonction de ministre extraordinaire du baptême, car contrairement au rôle du prêtre, il n’est pas dans l’ordinaire des choses qu’une laïque puisse diriger une telle célébration. Malgré cette notion hors du commun, il est tout à f

À lire aussi: Magasiner son église selon les frais des sacrements

Francine Boisclair fait partie des quelques ministres extraordinaires responsables du baptême au Diocèse Saint-Jean-Longueuil. Leur contribution est née à la fois d’une ouverture du diocèse et d’un besoin.

« Maintenant, il n’y a pas souvent de relève pour les prêtres alors il en a un par paroisse. Quand, il a beaucoup de baptêmes, ça monopolise beaucoup de dimanches », explique Mme Boisclair, de l’équipe de la paroisse Saint-Joseph-de-Chambly.

Elle s’occupe des baptêmes une fois par mois depuis 2011. Mme Boisclair a accepté de relever le défi, car elle pouvoir réaliser tout le processus avec les parents. De plus, puisqu’elle les connaît bien, elle peut personnaliser la cérémonie.

« J’aime faire la préparation et avoir un contact avec les familles. C’est un événement heureux pour eux avec l’arrivée du bébé », mentionne Francine Boisclair.

« Je peux faire tout le cheminement avec eux et boucler la boucle avec la célébration du baptême », ajoute-t-elle.

Réactions positives

Tous les parents ont bien réagi en apprenant qu’une agente de pastorale et non un prêtre célébrerait le baptême de leur enfant.

« Je n’ai jamais eu d’objection ou de parents qui ont changé de date, car c’était moi qui allait baptiser, indique Mme Boiclair. Habituellement, ils sont contents, mais ils restent  parce qu’ils ne sont pas habitués à ça. »

« J’ai même des parents qui, rendus au deuxième ou troisième enfant, me le redemandent », ajoute-t-elle avec fierté.

Et qu’une femme puisse baptiser est aussi très bien accueilli, ce qui réjouit Francine Boisclair. Elle précise d’ailleurs que la majorité des ministres extraordinaires du baptême du diocèse sont des femmes.

Baptiser ses petits-enfants

Depuis 2006, l’année où elle est entrée dans cette fonction à Longueuil, Francine Boisclair a célébré environ 500 baptêmes. Ceux qui l’ont le plus marqué sont ceux de ses sept petits-enfants et des deux bambins de ses nièces.

« À ma première petite-fille, quand ma fille me l’a demandé, j’ai vérifié si elle était sûre qu’elle voulait que ce soit moi, raconte-t-elle. Ça, c’était stressant et j’étais étonnée. »

« Tu es super heureuse d’être grand-mère et en plus, elle me demandait de baptiser. C’était émouvant », souligne-t-elle avec émotion.

Francine Boisclair espère pouvoir baptiser encore des enfants pendant au moins cinq ans. Elle songe aussi à s’occuper de la liturgie dans les salons funéraires et à l’église.

Au diocèse

Le mandat de Francine Boisclair doit être renouvelé chaque année et ne peut être pratiqué que dans une paroisse en particulier. L’approbation de l’évêque est aussi exigée.

Mgr Bernard Hubert, à la tête du diocèse de 1978 à 1996, a été un précurseur en la matière. C’est d’ailleurs durant le mandat de Mgr Hubert qu’a été nommée une première femme mariée comme coordonnatrice des activités paroissiales, en 1990.

Avec la collaboration d’Ali Dostie.