Un vaisselier exceptionnel

Sur la route des antiquaires

Publié le 17 juillet 2016

Nous avons souvent examiné des ensembles de salle à manger comprenant une table (quelques panneaux pour l’agrandir), huit chaises (habituellement avec deux de ces chaises avec accoudoirs), un buffet bas et un vaisselier. Le tout fabriqué industriellement entre les années 1930 et 1950.

Souvenez-vous que le problème principal avec le vaisselier de ces ensembles demeure très souvent la possibilité de voir (ou non), les pièces de vaisselle exposées sur les tablettes intérieures étant donné que seule la porte centrale laisse passer la lumière par sa vitre plus ou moins de grande dimension.

Les dirigeants de la compagnie Peppler de Hanover en Ontario semblent avoir ici pris conscience de cet irritant: les deux portes ainsi que les côtés laissent passer toute la luminosité requise pour pleinement apprécier les belles pièces de verre, comme vous pouvez le voir sur la photo de la chronique de cette semaine.

Et l’ensemble au complet, conservé dans un état exceptionnel, permettra d’en obtenir une valeur marchande supérieure aux meubles qu’il est habituel de voir sur le marché.

Style

Les nombreuses composantes de cet ensemble, fabriquées de chêne et laissant voir de très belles pattes de style jacobin, constituent un élément décoratif tout à fait remarquable.

Et comme il faut se souvenir qu’une pièce de mobilier ancien intéresse toujours davantage le connaisseur lorsqu’il est possible de s’en servir, que son usage n’est pas devenu obsolète, on se retrouve ici avec un mobilier qui saura toujours trouver preneur lors d’une vente éventuelle.

Il est donc raisonnable d’avancer que cet ensemble canadien pourra se retrouver en vente à un prix tournant des 3500$ à 4000$ sur le marché des meubles anciens. Malheureusement, toutes les résidences modernes ou les condominiums trop petits ne pourront permettre d’en profiter pleinement, l’espace requis devant très certainement exiger une salle à manger ayant une surface de 5 mètres sur 5.

En effet avec un tel ensemble de salle à manger, nous avons avantage à posséder une très grande maison pour ne pas créer un inconfort alors que les invités prendront leur place pour le dîner!

Valeur

Un simple coup d’œil sur le contenu de ce vaisselier nous fait bien comprendre que les repas servis à l’aide de ce mobilier ancien ne le sont certes pas pour un couple et leur fils unique!

Les verreries de cette envergure ne se retrouvent plus guère que dans les maisons cossues, celles de ces gens «ben recevants», comme disaient mes vieilles tantes. Étant donné l’intérêt actuel des plus jeunes amateurs pour les meubles datant des années 1960-1970, ces ensembles de salle à manger presque centenaires, comme celui de la photo de la semaine, deviennent de moins en moins courants sur le marché.

Il ne serait pas surprenant de constater d’ici quelques dizaines d’années que la rareté de ces ensembles provoque une augmentation de la valeur marchande. À n’en pas douter, certainement, dans le cas de ces beaux meubles de chêne, de fabrication canadienne, entretenus avec autant de soin et de respect.

Je pourrais même vous affirmer que cette mode actuelle des meubles de style scandinave, qui fait présentement les beaux jours des antiquaires de la rue Amherst à Montréal, sera déclassée un jour par un retour aux meubles plus élaborés que les Américains, les Ontariens et surtout quelques ébénistes québécois, fabriquèrent avec tant d’amour, d’habileté et de persévérance.