Union des services incendie: Étude commandée par la MRC de Rouville


Publié le 8 février 2017

La MRC de Rouville envisage d’unifier ses services de sécurité incendie.

©Photo: Gracieuseté

REGROUPEMENT. Le contrat pour la réalisation d’une étude concernant le regroupement des services de sécurité incendie des huit municipalités de la MRC de Rouville a été octroyé à la firme Michel Richer.

Les conclusions de l’étude, d’une valeur d’environ 15 600$, devraient être connues d’ici la fin de l’été selon le préfet de la MRC, Jacques Ladouceur.

«Ce que j’ai bien aimé, c’est que toutes les municipalités étaient d’accord pour la faire. Comme ça, on va en avoir le cœur net», affirme-t-il.

M. Ladouceur indique qu’un tel regroupement pourrait potentiellement réduire les coûts, mais surtout améliorer le service.

«Même si c’est un prix semblable avec le regroupement, la formation va être standardisée, explique-t-il. Tous les pompiers seront formés pareillement. La qualité du service risque d’être meilleure. Nos directeurs sont dévoués, mais travaillent à temps partiel. Ce ne serait pas le cas avec la MRC.»

La MRC pourrait bénéficier d’une subvention de la part du ministère des Affaires municipales et de l’Organisation du territoire (MAMOT) grâce à un programme d’aide financière. La somme de cette subvention octroyée par le MAMOT équivaut à 50% des dépenses admissibles, jusqu’à concurrence de 35 000$.

Exemples ailleurs

Une telle association a déjà vu le jour ailleurs dans la province.

Le préfet cite en exemple la MRC de La Matapédia, dans le Bas-Saint-Laurent, qui a décidé de regrouper ses services de sécurité incendie au début des années 2000.

Belœil, McMasterville, Saint-Mathieu-de-Belœil, Mont-Saint-Hilaire, Otterburn Park ont eux aussi commandé une étude de faisabilité sur une régionalisation de leurs services incendie.

Pour l’instant, les termes exacts d’une future fusion ne sont pas établis.

«Avec la conclusion de l’étude, on saura si c’est mieux de faire des regroupements de deux municipalités, séparés quatre-quatre ou les huit ensemble», explique Jacques Ladouceur.