Les aînés font part de leurs besoins


Publié le 20 avril 2017

Les députés caquistes Jean-François Roberge et François Paradis ont tenu une consultation sur les conditions de vie des aînés, le 20 avril.

©Photo: TC Media – Adaée Beaulieu

CONSULTATION. Plusieurs dizaines d’aînés étaient réunis à la salle Randell Hall, le 20 avril, dans le cadre d’une consultation sur leurs conditions de vie. 

Le député de Chambly, Jean-François Roberge, a décidé de mettre sur pied cette consultation, car il juge qu’il est important d’écouter les personnes âgées avant d’agir pour changer leur quotidien. Il a fait appel à son collègue, le député François Paradis, qui connaît bien la situation des personnes âgées. Celui-ci est porte-parole du deuxième groupe d’opposition pour les aînés et en matière de santé et de services sociaux.

« Les aînés sont une richesse. Ils sont de plus en plus présents et ils parlent plus. Les aînés font surtout partie de la solution et, souvent, on pense à tort qu’ils sont un fardeau », a déclaré M. Paradis.

Selon lui, en nous collant à la réalité des personnes âgées, nous nous rapprochons davantage des solutions.

Thèmes abordés

Par le biais de la consultation, les élus souhaitaient connaître les inquiétudes et les espoirs des aînés relativement à différents sujets. Après avoir présenté un portrait statistique, ils leur ont cédé la parole. Les personnes âgées ont alors partagé sur leur situation économique, la santé, le logement et la maltraitance.

« Je veux savoir où ils sont et si ça répond à leurs besoins », a mentionné Jean-François Roberge avant la conférence à propos du logement.

Pour ce qui est de la maltraitance, il s’agit d’un sujet chaud qui tient à cœur à François Paradis. Il a fait référence au projet de loi 115 qui devrait être adopté sous peu.

« C’est une loi qui a mon avis aurait dû aller plus loin à l’image de ce qui avait été présenté en 2013 avec [l’ex-ministre libérale responsable des Aînés], Marguerite Blais », a-t-il soutenu.

Étape à venir

Le député de Chambly souhaite utiliser les propos des aînés afin d’informer le caucus et d’être bien outillé pour faire des interventions à l’Assemblée nationale. De plus, alors que les élections auront lieu en 2018, Jean-François Roberge croit qu’en étant branchée sur la réalité des aînés, la CAQ pourra proposer des changements appropriés.

« Cette consultation va nous permettre d’aller chercher ce qui pourrait devenir des propositions et de bonifier ce que les gens veulent », a renchéri François Paradis avant de s’adresser aux personnes âgées.