Les propriétaires acceptent les excuses du ministère de la Faune

Cochon abattu à Rougemont


Publié le 10 avril 2017

Piggy aimait manger de la pizza et mâcher de la gomme avec son maître.

©Photo: TC Media – Adaée Beaulieu

Les propriétaires d’un cochon vietnamien abattu à Rougemont, le 7 avril, se disent satisfaits des excuses du ministère de la Faune, mais n'écartent pas la possibilité de porter plainte contre les policiers et les agents dans les prochains mois.  

Ces derniers avaient confondu l’animal domestique, qui s’était sauvé, avec un sanglier lors de cette journée.

Nous nous satisfaisons des excuses du minustère. On pense que dans les circonstances on ne pouvait pas s'attendre à plus que ça.

le propriétaire Philippe Beauregard

Philippe Beauregard, le copropriétaire du Potager Mont-Rouge Halte gourmande, a reçu un appel du directeur général adjoint de la protection de la faune, Gérald Desharnais, alors qu’il accordait une entrevue au Journal de Chambly, le 10 avril.

Plainte reportée

Philippe Beauregard a accueilli Piggy dans sa famille en novembre 2015.
Photo: Gracieuseté

Philippe Beauregard songeait à déposer une plainte en vertu du Code de déontologie des policiers du Québec, qui s’applique aussi aux agents de protection de la faune.

Lors de l’échange téléphonique du 10 avril, M. Desharnais lui a mentionné qu’il pouvait aller de l’avant avec ses démarches s’il le souhaitait. M. Beauregard comptait le faire parce qu'il considérait qu'autant les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) que les agents de protection de la faune avaient pris la mauvaise décision.

Néanmoins, sa famille et lui souhaitent mettre ce drame de côté dans les prochaines semaines après avoir pris le temps de réfléchir à la situation, a souligné M. Beauregard dans une seconde entrevue au Journal de Chambly le lendemain.

« Au début, nous étions prêts à le faire, mais on a pris le temps d'y réfléchir à tête reposée. Notre famille ne portera pas plainte pour le moment, même si on considère que notre dossier est très solide. On veut vivre notre deuil loin de l'attention médiatique et prendre notre temps°», explique-t-il.

Des démarches infructueuses

Après avoir appris que son cochon avait été abattu, le 7 avril, le propriétaire de l’animal s’était rendu au poste de police de la SQ à Marieville pour déposer une plainte. Il jugeait que les policiers n’avaient pas attendu suffisamment avant d’appeler les agents de protection de la faune.

Le conseiller municipal Jeannot Alix, qui était sur les lieux lors de l’intervention policière, a tenté de contacter M. Beauregard, mais en vain.

« La policière a dit qu’ils ne pouvaient pas attendre là toute la journée, explique M. Alix. Ils le retenaient sur le terrain privé du voisin en attendant que la faune arrive. »

M. Beauregard déplore l’accueil froid qu’il a reçu. « On m’a laissé savoir qu’il n’y avait pas matière à porter plainte dans mon dossier, qu’il était clos et que c’était un sanglier qui a été abattu, raconte-t-il. On m’a ensuite invité à sortir [du poste]. »

M. Beauregard s’est ensuite rendu à un autre poste, soit celui de Saint-Jean-sur-Richelieu où on l’a invité à s’adresser aux petites créances.

« Ce n’est pas la moulée que je voulais me faire rembourser. Je ne voulais pas monnayer la mort de mon cochon », affirme-t-il.

Le propriétaire de Piggy est tout de même triste de perdre cet animal qui faisait partie de sa famille et de son modèle d’affaires.

« Tu venais à la halte et tu avais la chance de voir un cochon domestiqué. Il y a plein de vergers dans le rang donc ça nous permettait de nous distinguer », mentionne-t-il.

La porte-parole de la SQ, Ingrid Asselin, a indiqué que des recherches ont été faites pour trouver le propriétaire. Elle mentionne aussi que la police ne pas surveiller un animal en liberté longtemps dans de telles circonstances.

Mme Asselin indique également que la SQ peut seulement prendre une plainte dans le cas où une infraction au code criminel a été commise. Elle rappelle toutefois que le propriétaire dispose d’autres recours.

Avec la collaboration de Julie Lambert

Caractéristiques physiques du sanglier

- Pelage épais et fourni brun ou noir

- Corps trapu

- Cou massif

- Tête conique volumineuse

- Long museau droit et étroit

- Longue queue droite avec une touffe à la fin

- Oreilles velues dressées

- Grandes défenses proéminentes