Des citoyens de la 1re rue à Richelieu inquiets pour leur sécurité


Publié le 10 avril 2017

Monique Raymond a vu deux voitures aboutir dans haie de cèdre à Richelieu.

©TC Media - Robert Côté

SÉCURITÉ. Une citoyenne de la 1re rue à Richelieu, Monique Raymond, n’en peut plus de certains conducteurs téméraires. Depuis janvier, la haie de cèdres de sa cour arrière a été fauchée à deux reprises par des voitures.

Le voisinage a déposé en mars une pétition comptant une trentaine de signatures pour demander à la Ville de mettre en place des mesures pour que le secteur soit plus sécuritaire.

« On veut plus de protection. Si jamais ils passent par-dessus la haie, ils arrivent directement dans ma cour. Je ne me sens plus en sécurité », lance Monique Raymond, la citoyenne qui a vu les deux accidents se dérouler sur son terrain.

Elle devra débourser 3000$ pour déraciner les arbustes arrachés et en replanter à nouveau sur son terrain.

Lisa-Marie Ménard est la maman d’un garçon de deux ans qui est sourd. Le secteur l’inquiète pour la sécurité de son fils, qui n’entend pas les voitures arriver.

On demande des mesures pour atténuer la vitesse, ou une plus grande présence policière. 

Suzie Therrien, l’initiatrice de la pétition

« J’ai demandé aux travaux publics de la Ville d’avoir un panneau spécifique pour prévenir  afin que les conducteurs soient plus vigilants. Depuis qu’ils ont refait la rue, c’est une vraie piste de course », ajoute une autre résidente inquiète, Lisa-Marie Ménard.

Depuis que la 1re rue a été refaite, les citoyens du quartier remarquent que les voitures circulent plus rapidement.

Près du domicile de Mme Raymond, les voitures doivent emprunter une grande courbe, tout juste avant l’arrêt à l’intersection de la rue Edmond-Massé.

En prenant la courbe trop rapidement, les automobilistes peuvent perdre le contrôle de leur véhicule pour terminer dans la haie de la dame, croient les citoyens.

Des cas exceptionnels

Invité sur les lieux par le Journal de Chambly, le porte-parole de la Régie intermunicipale de police Richelieu–Saint-Laurent, Pierre Tremblay, a constaté que les infrastructures en place permettaient aux automobilistes de réaliser les dangers et d’adapter leur conduite en conséquence.

En faisant du radar avec la police pendant une heure vers midi le 7 avril dernier, l« journaliste a compté une quinzaine de véhicules. La plus haute vitesse captée était de 43 km/h sur le radar, dans cette zone de 40 km/h.

« La route est belle, les voitures ralentissent pour prendre la courbe et s’arrêtent à l’arrêt, estime le sergent Tremblay. On a les indications qu’il y aura une courbe et les limites de vitesse sont visibles. La seule proposition que je pourrais donner, c’est d’installer un panneau pour suggérer une vitesse à 30 km/h dans la courbe. »

À l’étude

Déjà au parfum de la situation, le maire de Richelieu, Jacques Ladouceur, a demandé au directeur des Travaux publics, Yvan Giroux, de se pencher sur la situation.

« On va tenter de trouver une mesure d’atténuation permanente, qui ne nuirait pas au déneigement. Le plus tôt sera le mieux, on n’attendra pas pour agir », promet le maire.

Si l’installation d’un dos d’âne n’est pas envisagée pour l’instant, la Municipalité évalue la possibilité de mettre des affiches ou des boîtes à fleurs pour réduire la vitesse de la circulation.

Le sergent Pierre Tremblay alors qu’il surveillait la vitesse dans le secteur.

©TC Media - Robert Côté