Une personne sur cinq souffre d'allergie saisonnière dans la région


Publié le 31 mars 2017

Le pollen de l’herbe à poux est une des causes principales des allergies en Montérégie.

©Photo: Gracieuseté

SANTÉ. La proportion de la population âgée de 15 ans et plus sur le territoire du Réseau local de services (RLS) Haut-Richelieu–Rouville ayant eu des symptômes de rhinite allergique, tels que des éternuements et des écoulements nasaux, se chiffre à 22,1%. Ce nombre est significativement supérieur au reste du Québec, où il atteint 17,8%.

C’est ce que démontrent les plus récentes données issues de l’Enquête québécoise sur la santé de la population (EQSP), paru à la fin de 2016. Pour la Montérégie en général, ce sont près du tiers des habitants qui ont été affecté par la rhinite allergique.

Le pollen serait le grand responsable puisque 80% des Montérégiens ayant eu des symptômes de rhinite allergique l’ont identifié comme facteur déclencheur. Plus spécifiquement, une personne sur 10 résidant dans la région a reçu un diagnostic d’allergie à l’herbe à poux.

« L’herbe à poux, c’est une plante qui va produire des quantités absolument astronomiques de pollen et il est plus beaucoup petit. Il peut rentrer dans les voies respiratoires plus profondément », mentionne une responsable de l’équipe de santé environnementale de la Direction de la santé publique de la Montérégie, Élisabeth Masson.

La directrice de la santé publique de la Montérégie, Julie Loslier, explique que l’herbe à poux s’installe plus facilement dans les sols dénudés. En Montérégie, il y en a plusieurs en raison des développements domiciliaires qui voient le jour en raison de la croissance démographique.

« On a aussi beaucoup d’autoroutes dont les bords ne sont pas asphaltés, mentionne-t-elle. Étant donné qu’ils sont plus perturbés, plus arides à cause du sel, ce peut être des sols qui sont plus propices au développement de l’herbe à poux. Les bordures de champs le sont aussi. »

Les Villes en mode prévention

Julie Loslier indique que la meilleure façon de diminuer la quantité de pollen dans l’air est de reconnaître l’herbe à poux et de le couper. Les deux moments idéals dans l’année sont la mi-juillet et la mi-août.

La Ville de Chambly réalise déjà deux tontes par été et celle de Marieville s’occupe de l’entretien régulier de ses terrains aménagés. Plusieurs villes, comme Carignan, Richelieu et Marieville, font également de la sensibilisation auprès de la population.

L’ensemble de ces villes, ainsi que celle de Rougemont, dispose d’une réglementation sur les nuisances incluant les herbes hautes comme l’herbe à poux. Dans tous les cas, laisser pousser des mauvaises herbes est proscrit.

À Richelieu, la hauteur maximale permise pour la végétation est de 30 cm dans la zone urbaine et de 45 cm dans la zone agricole. Les personnes physiques qui ne respectent pas ce règlement sont passibles d’une amende minimale de 100$ et maximale de 1000$. Elle est doublée pour les personnes morales. Pour les deux, la somme double dans les cas de récidive.